07/08/2009

LA FLAMANDISATION GENERALISEE DE LA BELGIQUE...

... Sous l’œil bienveillant des partis francophones, toutes tendances confondues. Les postes de direction et de gestion passent entre les mains des Flamands. Imposer l’image flamande de la Belgique.++ La tactique flamande : « Les francophones ne font rien ; nous, Flamands, savons gérer ». Conséquemment, les francophones sont priés de partir. + + Une nouvelle application : La préparation de l’Exposition universelle de Shanghai du 1er mai au 31 octobre 2010. La coordination est officiellement confiée, depuis le 30 juin 2009, à Léo Delcroix, CD&V, ancien ministre CD&V de la Défense, flanqué de deux adjoints : Sherif Abdoelrahman, Open VLD, et Luc Joris, PS. + + Le titulaire, Robert Urbain, PS, âgé de 78 ans, il est vrai, a été prié de partir. Il se défend cependant d’avoir été poussé vers la sortie par le PS : « Elio Di Rupo a même été étonné de ma décision, dit-il, ...J’ai préféré me retirer pour des raisons personnelles : je devais être hospitalisé. J’ai d’ailleurs subi deux interventions depuis lors. Or, mon absence risquait de mettre en péril la concrétisation du projet ». + + Mais pourquoi le remplacer par un Flamand ? La face cachée de la politique ! + + Au Cabinet du ministre Vincent Van Quickenborne, Open VLD, on se contente de déclarer : « Il y a quelques semaines, Robert Urbain a demandé à être déchargé de cette tâche pour des raisons personnelles. Nous avons accédé à sa demande : une démission honorable lui a été accordée. Nous avons alors demandé à Léo Delcroix, qui était commissaire adjoint, de reprendre le dossier ». Logique. L’adjoint prend temporairement la fonction au départ du titulaire. Mais Léo Delcroix avait été désigné spécialement à la fonction d’adjoint un an plus tôt, le 30 juin 2008, par Yves Leterme, CD&V. D’une désignation temporaire naturelle, ce fut une désignation pure et simple. Le coup avait été préparé ! + + Pour Shanghai, la petite Belgique a un staff d’un grand Etat : un commissaire général, CD&V, et deux adjoints ; un CD&V et un PS (pour la figuration ?) ; tous les trois payés à 3600 euros nets par mois ! = = Robert Urbain semble trouver maussade son écartement ; il s’explique et détricote indirectement la tactique flamande. + + Chargé en 2006 de la préparation de la participation belge à l’Exposition universelle de Shanghai 2010, Robert Urbain part de rien : « Pas de budget pour le projet, ni pour le fonctionnement du commissariat ni pour l’investissement dans le pavillon... Les responsables politique des Régions bruxelloise, wallonne et de la Communauté germanophone donnent leur accord de principe pour une intervention financière ». La Flandre, c’est « niet » et un certain désintéressement (calculé ?) du Fédéral. « Il a fallu, précise Robert Urbain, que Leterme (CD&V) s’empare du dossier pour que ça avance ». Mais, un adjoint flamand supplémentaire, Léo Delcroix, CD&V, lui est imposé. La flamandisation du Commissariat à l’Exposition universelle de Shanghai est lancée. Madame Laruelle, MR, qui fut ministre de tutelle, n’a rien vu venir ou n’a rien voulu faire. Et Robert Urbain, amer, souligne : « ... C’est intéressant de noter que pour la première fois, le principe de la rotation entre partis politiques et de l’alternance Nord-Sud est brisé. Et que, pour la première fois, on se retrouve avec trois commissaires : un général (moi, PS) et deux adjoints (un VLD et un CD&V)... ». La Flandre réussit son opération. + + A propos de son remplacement, Robert Urbain martèle, tranchant : « Le PS s’est fait avoir. J’aurais dû être remplacé par un commissaire général, pas par un adjoint que je ne connais pas. J’espère que mon parti a fait le bon choix (M. Joris, NDLR) ». + + Le carpocapse flamand poursuit la "parasitude" des institutions fédérales, facilité par la tiédeur des représentants des partis politiques francophones... + + Que nous reste-t-il ? S’accrocher à nos rêves de réveil de la conscience francophone ! Persévérer ! Ne jamais se résigner !

Les commentaires sont fermés.