11/08/2009

PARALYSIE DES ADMINISTRATIONS COMMUNALES BRUXELLOISES

En 2001, Luc Vandenbossche, SP.A, ministre de la fonction publique, fixait par arrêté royal les conditions d’octroi du certificat linguistique que devaient posséder les fonctionnaires dans les 19 communes bruxelloises pour obtenir une promotion ou une nomination. = = Le recours en annulation introduit immédiatement par les bourgmestres FDF de Schaerbeek et d’Auderghem pour violation des dispositions légales en matière d’examen linguistique sur la connaissance « élémentaire »de la seconde langue a reçu, sept ans plus tard, en mai 2008, un avis favorable de l’auditrice du Conseil d’Etat. Elle estime que l’examen linguistique imposé au fonctionnaire communal est trop exigeant. = = Bernard Clerfayt, FDF, bourgmestre de Schaerbeek, estimait que « l’arrêté royal a des effets préjudiciables sur la bonne organisation des services et la carrière des fonctionnaires. Cela complique la gestion des ressources humaines dans les communes et peut nuire au service rendu à la population ». Didier Gosuin, FDF, bourgmestre d’Auderghem, précisait que : « derrière un guichet de l’état civil, la connaissance exigée du fonctionnaire appelé à traiter d’un même problème de passeport n’est pas la même selon qu’il est de grade D, C ou B. Dans la pratique, l’examen du Selor est tellement exigeant – il va jusqu’à demander la traduction dans l’autre langue du nom des pièces d’un bateau – qu’il est quasi impossible d’accéder aux grades supérieurs de niveau 2 ou 1 ! ». Didier Gosuin estimait que « des milliers d’emplois francophones se trouveraient précarisés ». = = Un obstacle à l’engagement et à la staturisation. La paralysie du bon fonctionnement des administrations communales. La flamandisation larvée des administrations communales bruxelloises. La « cancérisation » de la vie administrative citoyenne. Mais que diable que font les ministres francophones au sein du Kern ou du Conseil des Ministres ? Pourquoi laissent-ils passer des propositions qui manifestement lèsent les intérêts des francophones ? C’est la question que le citoyen lambda se pose.

Les commentaires sont fermés.