14/08/2009

UN PAIDOYER D'UNION EXPRIME PAR LE PS

Dans un communiqué daté du 8 septembre 2008, Elio Di Rupo, président du PS, plaide pour que les francophones restent unis pour défendre les intérêts de tous les Wallons et les Bruxellois dans le cadre du dialogue interinstitutionnel. Ce plaidoyer reste d’actualité. + + Le président du PS s’exprimait ainsi : « Aujourd’hui, ce dont il est question, c’est l’avenir de notre pays, et notamment la place que nous voulons donner aux Bruxellois et à la Région bruxelloise. A ce titre, le PS refuse d’entrer dans une discussion qui nierait l’existence de la Région bruxelloise et les quelque 900 000 francophones qui y vivent.+ + Pour que les Flamands et les francophones vivent encore ensemble, précisait-il, il faut avant tout valoriser nos atouts et talents respectifs et définir de nouveaux équilibres avec lesquels chacun puisse vivre mieux demain qu’aujourd’hui. Combattre les clichés de l’ancien temps que certains entretiennent sur la Wallonie et qui risqueraient d’affaiblir notre région à la veille de négociations institutionnelles cruciales.+ + Tous les observateurs un tant soit peu objectifs constatent une amélioration économique de la Wallonie. Les indicateurs tant en matière d’emploi, de création d’entreprises, ou de croissance économique montrent que le redressement wallon est en marche. Et s’il faut poursuivre ce redressement, c’est avant tout pour la Wallonie et les Wallons, et non pour prouver quoi que ce soit à la Flandre ».

16:55 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : elio di rupo, ps, negociation, prouver, flandre, dialogue |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.