21/08/2009

L'ENCERCLEMENT DE BRUXELLES...

L’intégration pure et simple de Bruxelles en Flandre est l’objectif du Mouvement flamand depuis 1847 et accentué au cours des grandes guerres mondiales 1914-1918 et 1939-1945 pendant l’occupation allemande du pays.+ + La Flandre toujours plus grande, toujours plus loin, toujours plus autonome. Un moyen : la fermeture des entrées de Bruxelles dans sa partie sud-est, les entrées qui se trouvent du côté de la Wallonie. + + « C’est vrai, nous dit Olivier Maingain, FDF, député-bourgmestre MR, président du FDF, au pont de Grœnendael, où les Flamands veulent fermer l’accès par la chaussée de La Hulpe. C’est vrai encore au carrefour Léonard, où ils veulent restreindre les voies d’accès afin de rendre le trafic moins fluide... ». C’est également le cas des petites routes qui relient les communes wallonnes aux communes flamandes : elles ne sont pas entretenues du côté flamand ! + + « ... De surcroît, ajoute Olivier Maingain, qui maîtrise la mobilité autour de Bruxelles maîtrise aussi le développement économique de Bruxelles. L’idée : petit à petit à voir Bruxelles être « racrapotée » sur une fonction purement administrative et couper les relations avec la Wallonie ». + + Une reproduction du bouchon de Lanaye voulu par les Hollandais pour freiner l’accès du Bassin liégeois à leurs ports maritimes d’Amsterdam et de Rotterdam, que dénonçait notre professeur de géographie économique dans les années 1940, en maîtrisant ainsi le développement de l’économie wallonne. + + + Bruxelles humiliée... Mais Bruxelles renaissante... Bruxelles française.

Les commentaires sont fermés.