04/09/2009

LA MARCHE EN AVANT IRRESISTIBLE DE LA FLANDRE...

LA MARCHE IRRESISTIBLE EN AVANT DE LA FLANDRE...... boostée par le pèlerinage de l’Yser à Dixmude qui donne le « la » aux partis flamands. <><>Selon le président du pèlerinage de l’Yser, Walter Baeten, « le gouvernement de la Région flamande est le seul et unique exécutif légitime ». Walter Baeten dénie la légitimité au gouvernement fédéral : « Un gouvernement illégitime et dangereux pour l’Etat ». Walter Baeten tire la conclusion de ce constat : « Il faut supprimer les élections fédérales ». <><>A l’adresse des francophones, Walter Baeten déclare en martelant ses mots : « ... Nous n’abandonnerons pas Bruxelles, ni hier, ni aujourd’hui, ni demain... » Et il les met en demeure de : « respecter la Flandre pour le soutien financier qu’elle apporte à la capitale et le caractère flamand de la périphérie bruxelloise ». Sinon : « S’il n’y a pas de respect, le robinet se fermera ».<><>Applaudi par Philippe Muytens, N-VA, ministre fédéral des Finances, du Budget et de l’Emploi, et par Kris Peeters, CD&V, ministre-président de la Région flamande, ancien patron des patrons flamands, qui s’est exclamé : « En termes de compétences, l’importance du gouvernement flamand ne peut que grandir. J’en suis plus convaincu que jamais ». Il n’y a pas lieu de s’étonner des propos de Kris Peeters ; dans un entretien au Laaste Nieuws, il tient des propos hargneux : « Laissez-les venir... Que les francophones décident de ne pas faire l’effort pour atteindre l’équilibre financier avant 2015, c’est leur problème. Mais qu’ils ne nous demandent pas en 2011, quand nous aurons retrouvé l’équilibre de donner un centime à la Belgique ». <><>C’est çà la Flandre. Arrogance, condescendance, humiliation. Réduire les francophones à des citoyens de deuxième zone, bannir le français de l’ensemble du pays belge. Que les médias, que les politiciens, que certaines élites universitaires et du monde des affaires cessent de nous leurrer avec les soi-disant « bienfaits » du bilinguisme flamand/français, avec la promotion des classes d’immersion en flamand, qui n’ont d’autres objectifs que d’accélérer la flamandisation généralisée du territoire belge et, conséquemment, l’extinction du français à Bruxelles et en Wallonie, à moyen terme. Endormir le citoyen francophone pour mieux le manger ! <><>Et ce n’est pas du délire. Ayez bien en mémoire ce que déclarait, il y a à peine trois mois le directeur, Philip Fontaine, de la Maison flamande à New York (Etats Unis), la Flanders House : « La Flandre, c’est la Belgique et la Belgique, c’est la Flandre ». Punt aan de lijn. Point à la ligne. C’est la pensée, c’est le vouloir de tous les Flamands qu’ils soient nationaliste, flamingants ou non, tels les frères Kris et Koen Wauters du groupe musical Clouseau. Ils ne renient pas leurs propos flamingants du passé, au cours d’un entretien au Soir du 3 septembre 2009 : « Non, pas du tout. Mais, c’est un autre sujet que la chanson. Notre père a été échevin durant douze ans à Rhode-Saint-Genèse, à l’époque où la commune était un petit village flamand. Puis, la majorité est devenue francophone et notre père n’a fait que se battre contre les francophones pour préserver nos droits...Notre soeur est toujours conseillère communale à Rhode-Saint-Genèse et nous dit que depuis que nous vivons ailleurs, nous ne nous rendons pas compte à quel point il est difficile pour les Flamands de défendre leurs droits...Le dossier BHV et celui de l’extension de la Région bruxelloise aux communes à facilités sont très sentimentaux. Notre père en mourrait si Rhode devenait bruxelloise. C’est un symbole. C’est délicat, émotionnel... ». <><>Touche pas à ma Flandre !

Les commentaires sont fermés.