21/09/2009

COMMUNAUTE FRANCAISE : A LA RECHERCHE DE L'EQUILIBRE FINANCIER...

Par la grâce des effets de la Saint-Polycarpe, le budget 2005 affiche une marge politiquement satisfaisante, ce qui réjouit le ministre des Finances de la Communauté française, Michel Daerden, PS. <><>Mais, il n’en reste pas moins que, selon le rapport de la Cour des Comptes, la Cocof prend petit à petit l’eau. La Cour des Comptes estime même que la Cocof ne pourra atteindre l’équilibre budgétaire en 2005 ! <><>Un effet solidarité s’est levé : la Communauté française et la Région wallonne ont décidé de créer un « Conseil commun du Trésor ». Ils en attendent une économie de pas mal d’euros.<><>Le budget 2006 peut être annoncé en équilibre. Un équilibre contesté par Ecolo, dans l’opposition : « Cet équilibre budgétaire, dit Marcel Cheron, Ecolo, fait l’impasse sur des dépenses inéluctables ». Et Marcel Cheron de citer des dépenses découlant d’accords dans le non marchand et de la convention sectorielle dans l’enseignement...<><>Vaille que vaille les budgets 2007 et 2008 se sont clôturés en équilibre. Ô horreur ! les caisses sont vides ! L’année budgétaire de 2009 s’annonce difficile. Des coupes sombres devront être opérées. Des mesures impopulaires devront être prises ? <><>Le nouveau gouvernement de la Communauté française, PS, CDH, ECOLO, a tranché : « Oui à la rigueur, non à l’austérité ». Qu’est-ce que cela veut dire ? <><>Pas de laxisme. Cela doit se traduire par des économies tous azimuts. C’est le message que André Antoine, CDH, nouveau ministre du budget a fait passer à l’administration de la Communauté française : « Aucun crédit supplémentaire en dépenses ne sera accordé, y compris pour des années antérieures, sauf propositions de compensations intégrales ou décisions préalables du gouvernement ». On se reverra début octobre ! <><>Le concept « rigueur » planera sur les conclaves du début d’octobre. De belles joutes en perspective avec le MR. Dura lex, sed lex ! <><>Alors, « Rigueur » ou « Austérité » ?

Les commentaires sont fermés.