02/10/2009

L'ILLUSIONISME VERT... OULA PROSPERITE DE LA "VERTITUDE"...

« Pour moi, Bruxelles, ville européenne du développement durable, ne relève plus ni du rêve ni du fantasme... La ville, pour moi, est l’échelle la plus appropriée pour faire face aux défis climatiques », proclame Evelyne Huytebroeck, Ecolo, ministre régionale bruxelloise de l’enseignement. <><>Bruxelles, laboratoire d’expériences écologiques. Bruxelles à la graduation de la norme. Evelyne Huytebroeck, Ecolo, se fixe un régime de priorités : biodiversité, alimentation durable, création de potagers urbains, espaces récréatifs... le tout sur un territoire limité à 162 km2 avec une population en croissance... ! <><>De quoi rêver aux carottes, aux choux de Bruxelles, aux haricots verts, aux chicons... capteurs de plomb et d’autres matériaux polluants, flottants dans l’atmosphère des agglomérations... Pour demain ? Non, pour après–demain et pour l’après-après-demain ! Réalisation dans cinq ans, lors de la législature 2014-2019 et lors des législatures suivantes... Maintenir l’électeur, annonce Evelyne Huytebroeck, en état d’hypnose... Une temporalité pour la législature en cours 2009-2014... Se donner de l’oxygène ... <><>Il faut y croire, minaude Evelyne Huytebroeck, Ecolo : « Pas question de mettre à mal nos politiques mais peut-être que, sur les deux premières années, qui sont un début de législature, nous n’allons pas partir avec de grands projets, de grandes ambitions qui vont se réaliser dans les deux ans. Mais que nous allons travailler beaucoup plus sur une échéance de cinq ans ».Attendre et rêver. Mais le rêve se paie. Qui va payer ? Tout simplement, « tout le monde sera concerné, chacun devra prendre ses responsabilités ! Pas de secteur qui sera immunisé », annonce Evelyne Huytebroeck. <><>Faut donc pas rêver, sinon c’est le cauchemar. Ainsi, il est annoncé un accès pour tous aux financements énergie. Mais les panneaux photovoltaïques s’avèrent « surrentables » et posent de ce fait problème… Et la fiscalité verte est lancée par le secrétaire d’Etat aux Finances, Bernard Clerfayt... <><>On ne comprend plus rien... On mélange tout... On embrouille tout... On taxe, on compense... on pénalise, on alloue... on ponctionne, on raque... on parfume, on voile... on manipule, on refile...<><>Ce qui fait dire à Philippe Defeyt, économiste, directeur de l’Institut du Développement durable : « L’opinion et les politiques n’ont pas encore pris la complète mesure de la crise budgétaire et écologique. Même les propositions les plus hardies restent en deçà, de ce qu’il faudrait faire. Il faut oser dire les choses sur l’ampleur des changements qu’on va devoir affronter et sur la complexité de problème ». <><>Quelle voix informera clairement les citoyens ?

Les commentaires sont fermés.