16/11/2009

ENSEMBLE, DONNONS-NOUS LA MAIN...

Le problème belge est-il un problème colonial ? Que constate-t-on en Belgique, pays composé de trois peuples : la communauté flamande, la communauté française, la communauté germanophone ? Un peuple, la communauté flamande, veut imposer sa langue, sa culture, ses traditions. La menace de submersion linguistique déclenchée par la Flandre est latente. La flamandisation est due en partie au puissant développement économique de la Flandre : besoin de terres, de forêts, d’eau, en un mot d’espace pour asseoir et assurer une pérennité à sa prospérité. <><>Le Mouvement flamand, consolidé pendant les deux guerres mondiales sous l’occupation allemande, a les yeux tournés vers le bassin de la Ruhr, qui lui assurerait la survie du port d’Anvers, son poumon ; il veut accélérer le cours des choses avec la ténacité qui lui est propre. Une liaison directe avec la Ruhr est indispensable. Le renouvellement des contrats Benelux en 2011, auxquels pourrait venir se joindre le puissant Land allemand de Rhénanie-du-Nord-Wesphalie lui ouvrirait les ports du bassin rhénan. Des négociations seraient, parait-il, en cours. <><>Mais le Mouvement flamand veut plus ; il veut le contrôle de la voie rhénane. Les Fourons sont tombés avec la bénédiction des francophones eux-mêmes. Tous les postes régaliens, à l’exception du ministère des Finances – et encore – sont sous direction flamande. Elle lui reste à démontrer sa puissance. Elle se borne à employer un système qui lui confère 100 % de pouvoir avec 60 % de citoyens ! La Flandre ne se gêne pas pour étaler sa force, son pouvoir dominant ; la succession des gifles est la preuve douloureuse que la Belgique est devenue sa chose. <><>La confiscation du pouvoir ne se limite pas au domaine politique. Des pans entiers du secteur économique sont trustés par les Flamands qui détiennent la quasi-totalité des leviers de commande. La suite est prévisible… La colonisation. <><>La perte de la souveraineté économique s’accompagne toujours du déclin de la langue parlée du peuple économiquement soumis. Le français ne sera plus chez nous qu’une langue d’ilotes ! Or, le processus du déclassement du français est lancé, ce qui est grave, par les francophones eux-mêmes : ouverture de classes d’immersion en langue néerlandaise – à Bruxelles, même dans les communes dirigées par un bourgmestre FDF -, promotion du bilinguisme néerlandais-français dans l’enseignement, dans les divers secteurs de la vie sociale et économique en faisant miroiter un emploi. Alouette… Pire, certains partis francophones, pour ne pas dire tous les partis francophones, sont disposés à scinder BHV contre encore une fois des sous. Mendier en se dépouillant ! Mais scinder BHV, c’est ouvrir une brèche où s’engouffrera une sorte de « bilinguisation », suivie inévitablement de la flamandisation généralisée : l’effondrement des frontières linguistiques, la déferlante flamande sur Bruxelles et sur la Wallonie.<><>Le Mouvement flamand sait qu’après quelque deux ou trois décennies de bilinguisme officiel, Bruxelles et la Wallonie basculeront dans son giron. Pour l’instant, il consolide son emprise sur la Flandre par des décrets de contrainte de la connaissance impérative du néerlandais. Les décrets se multiplient.<><>Les francophones, nous, les citoyens, devons être conscients que la situation est sérieuse ; elle est désespérée pour les Fouronnais ; elle est dramatique pour les francophones de la périphérie ; elle est critique pour les Bruxellois ; elle est préoccupante pour les Wallons… <><>Donnons-nous la main ! Nous pouvons faire obstacle à la Marche flamande. Dans cette dévotion, dans cette foi, la langue wallonne a reçu, au cours des dernière semaines, l’adhésion de : BUYDENS Jean-Pierre, 1180 Uccle ; ENGLEBERT Marie, 1200 Woluwe-St-Lambert ; M. et Mme FAUCONNIER-RASSART, 1190 Forest ; GREGOIRE Josette, 1410 Waterloo ; LAHAUT Jean-Paul, 1140 Evere ; MASSART Robert, 1050 Ixelles ; MICHEL Josepha, 1140 Evere ; MONCOMBLE Valentine, 1200 Woluwe-St-Lambert ; ORY Angèle, 5020 Daussoulx ; QUICHERON Jean-Bernard, 1780 Wemmel ; RASSART Philippe, 1150 Woluwe-Saint-Pierre. <><>Vous qui nous lisez, osez aussi dire « je t’aime » à la Communauté française ! Venez vous joindre à nous pour défendre, ensemble, avec ténacité la langue et la culture françaises. Adhérez à la Ligue wallonne. Le montant de l’adhésion est de 10 euros/an à verser au compte 145-0539031-61 (IBAN BE62 1450 5390 3161 - BIC GEBABEBB). Vous recevrez le périodique mensuel La Ligue Wallonne.

15:56 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mouvement flamand, submersion, ruhr, colonisation |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.