27/11/2009

PASCAL SMET : LE GENTIL ET SOURIANT " ECHT BRUSSELEIR"...

Du temps où il était ministre régional bruxellois de la mobilité. De « echte Brusseleir » qui, un jour, répondit à Louis Tobback, SP.A, bourgmestre de Leuven : « Mais, enfin, Louis, sans Bruxelles, la Flandre n’est rien. Louvain fait partie de Bruxelles qui est un centre d’un large tissu économique et social. Regarde Zaventem, le gouvernement flamand fait à raison de cet aéroport un des leviers de son de son développement. Mais à l’étranger, Zaventem, ce n’est pas la Flandre, c’est Bruxelles. Et ta bonne ville de Louvain est la première banlieue de la Région bruxelloise. Entre le Palais des Beaux-Arts et la gare de Louvain, il n’y a qu’une vingtaine de minutes. Une grande partie des richesses du Brabant flamand est générée ici. Non, Bruxelles ne la dévalise pas, elle l’enrichit ».Un malicieux plaidoyer en faveur de Bruxelles pour inciter les Flamands à mesurer l’importance de Bruxelles dans l’épanouissement économique et social de leur Région. Développer et absorber Bruxelles, telle est la pensée du charmant Pascal Smet. <><>Cet « echte Brusseleir » de Lokeren, au visage de Janus, qui donnait l’image du parfait Bruxellois, défenseur des intérêts tant des Bruxellois francophones que des Bruxellois néerlandophones, attaché à « sa » Région bruxelloise à laquelle il ne voulait que du bien, trompait en réalité Bruxelles. <><>La première face de cet « echte Brusseleir » admira la chasse aux symboles de Bruxelles dans la repeinture des trams et des bus bruxellois en gris et dans le changement des dénominations françaises de « boutiques ou kiosques » par des anglicismes phonétiques « Bootik » et « kiosk ». <><>La seconde face de cet « echte Brusseleir » sourît au destin qu’il fixa à Bruxelles dans une déclaration sans ambigüité : « La Flandre est là pour Bruxelles et Bruxelles est là pour la Flandre. La Flandre doit être dans Bruxelles et Bruxelles doit être dans la Flandre ». Un ancrage de Bruxelles dans la Flandre.<><>Ce visage de Janus, surveillant à la fois les entrées et les sorties de Rome, est le véritable visage de tous les représentants flamands dans les institutions bruxelloises : œuvrer pour l’homogénéité territoriale et linguistique de leur « pays », la Flandre, allant de De Panne à Overijse dans une première étape, et pour intégrer dans l’ultime étape la Wallonie tout entière, assurant à l’Allemagne une porte ouverte sur les océans octroyant à celle-ci la puissance maritime complémentaire à sa puissance économique… Le Mouvement flamand aura accompli son œuvre !Aux « naïfs » politiciens francophones, aveuglés et paralysés par leur ego démesuré, d’ouvrir les yeux et d’éveiller leurs méninges.,

14:39 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pascal smets, brusseleir, janus, bootik, trams, bus, de panne, overijse |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.