27/11/2009

QUE FICHENT LES MINISTRES FRANCOPHONES DE LA REGION DE BRUXELLES ? ...

Sont-ils les valets consentants des ministres flamands ? Il est permis de se poser la question après leur « passivité » à l’égard du vote du transfert de l’inspection des cinq écoles francophones de la périphérie à la Communauté flamande. <>Ni le PS, ni le CDH, ni ECOLO n’ont voté une motion de conflits d’intérêt. Motif invoqué : « Ne pas vexer les Flamands ». Certes, Pascal Smet, ministre régional flamand de l’Education a bien fait savoir qu’il n’appliquerait pas le décret. Du pipeau. Le décret sera bel et bien d’application à moins que la Cour institutionnelle, instrumentée par le MR, ne l’annule. <>Une agitation de l’opposition MR ! Ce qui fit dire à Eric Van Rompuy, CD&Vlaams, frère de l’ancien Premier ministre Herman Van Rompuy, actuel Président du Conseil de l’Europe : le décret a été voté, point barre. <>Troisième gifle donnée aux francophones : refus de nommer les bourgmestres de Crainhem, Linkebeek et Wezembeek-Oppem, élus démocratiquement le 10 octobre 2006 - il y a plus de trois ans -, vote forcé à la Commission de l’Intérieur de la Chambre du projet de loi sur la scission de l’arrondissement électoral et judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde, et maintenant vote du Parlement flamand de transfert de l’inspection des écoles françaises de la périphérie bruxelloise à la Communauté flamande. <>Et les parlementaires francophones composant la majorité parlementaire PS, CDH, ECOLO, restent sans réaction. Pire, un des partenaires au gouvernement bruxellois, le PS, admet la scission de BHV ; un autre, Ecolo, admet tacitement la scission de BHV, lié par un accord avec son cousin flamand Groen. <>Quand donc les politiciens francophones cesseront-ils de cultiver la particratie ? Mais, ne sommes-nous pas aussi fautifs en restant indifférents devant la « mollesse » de nos représentants ? Réveillons-nous ! Obligeons-les à adopter la loi du talion, la seule loi que les Flamands comprendront : application de la loi du nombre au Parlement bruxellois en réponse à l’application de la loi du nombre par les Flamands au Parlement fédéral.

Les commentaires sont fermés.