14/12/2009

LYON : L'EQUITABLE SUR LA VILLE...

Mutation. <><>Ceux qui avaient cru déceler une passade écolo-bobo ont revu leur jugement. La consommation responsable est en train de devenir un secteur économique à part entière. Petite, la part. Pour l’instant : car de plus en plus , on achète équitable et durable comme on allait autrefois chez l’épicier du coin. Dans ce champ qui s’élargit à vue d’œil, Lyon a pris de l’avance. <><>Paris, Porte de Versailles, le 18 novembre, Guylaine Gouzou-Testud, adjointe au maire déléguée à l’Economie sociale et solidaire et au Développement durable, reçoit pour la Ville de Lyon le prix « Territoires de commerce équitable ». Dans les pensées de l’élue défilent en une seconde huit ans d’obstination. Et de nouveaux projets pour la suite. « Le commerce équitable, et plus largement la consommation responsable, était une tendance qui avait un mal de chien à décoller, explique-t-elle ; désormais, c’est un secteur économique innovant en croissance. La collectivité se doit de le soutenir, notamment en période de crise économique et environnementales ». Ce qu’elle fait.<><>Essor <><>Très vite, la Ville de Lyon passe trois marchés de produits équitables : quinoa pour les restaurants scolaires, café et jus de fruit pour les réceptions officielles, quinoa, sucre, jus d’orange et riz pour crèches. C’est une amorce. Dès 2002, commence un long travail de soutien et de « réseautage » des acteurs lyonnais du commerce équitable comme des « circuits courts de distribution », du tourisme durable, de la finance éthique, des transports alternatifs, des coopératives d’activité et d’emploi, des épiceries sociales et solidaires. En mai, la « Quinzaine du commerce équitable » gagne en visibilité. Le marché place Jutard est créé dans la foulée. En octobre 2009, Lyon accueille pour sa deuxième édition à la demande des organisateurs, ld salon européen du commerce équitable… Dans l’opinion, la mayonnaise prend d’autant plus qu’à l’équitable s’associe le durable qui invite le citadin à se fournir localement en produits qui ne nécessitent pas d’être importés. « Au départ, nous allions au-devant des militants, se souvient Catherine Laloy, maintenant, nous honorons 150 commandes de paniers de saison par semaine »…<><>Projets <><>Pour Guylaine Gouzou-Testud, adjointe au maire : « la labellisation s’inscrit dans une démarche de progrès globale qui est comprise ; en un mois nous avons reçu 120 dossiers émanant aussi bien de boutiques que d’institutions, crèches, hôpitaux et même du grand parc de Miribel-Jonage … Nous allons lancer dès 2010 un appel à projets à la fois pour établir des partenariats conso-responsables avec les institutions et associations travaillant avec la Ville et pour booster la commande publique ».<><>L’équitable est aussi social <><>La dimension sociale du commerce équitable est bien sûr dans le respect des producteurs et la garantie de leur assurer un juste revenu. En réalité, elle est active d’un bout à l’autre de la chaîne de production et de distribution. « L’utilité sociale fait le lien entre l’individuel et le collectif, entre le projet et le territoire, entre l’économique et l’environnemental, entre le social et le communautaire. Elle apporte une plus-value de transformation sociale, prend en compte les publics fragilisés, contribue à la cohésion sociale et renforce l’autonomie des personnes ».Pourquoi ne pas aller passer un week-end ou une semaine à Lyon ? Une Ville pleine de surprises.

15:17 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, mutation, essor, reseautage, equitable |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.