18/12/2009

LES FRANCOPHONES LACHENT TOUT...

Dans un entretien avec Le Vif/L’Express en janvier 2009, Louis Michel, MR/PRL, à l’époque commissaire européen en partance, dénonçait avec vigueur la mainmise flamande sur les postes représentatifs de la Belgique sur la scène internationale. « Trop is te veel » clamait-il. Les Flamands voulaient occuper quatre postes majeurs : Premier ministre, Herman Van Rompuy , CD&Vlaams ; ministre des Affaires étrangère, Yves Leterme, CD&Vlaams ; ministre de la Défense, CD&Vlaams ; commissaire européen en remplacement de Louis Michel, Karel De Gucht, Open VLD. Louis Michel s’exclamait : « Je n’ai pas le sentiment que les francophones accepteront ça. Pas moi, en tout cas ! ». <><>Ouais ! C’était mettre de côté la puissance du virus du pouvoir partisan égocentrique ; la lutte « suicidaire » que se livre entre eux, Didier Reynders, MR/PRL, et Elio Di Rupo, PS, pour occuper la première place sur le désert wallon. <><>Eh bien. Louis Michel ! Votre parti et les autres partis francophones « ont accepté ça », sans barguigner, sans rouscailler. Evidemment ce qui est bon pour l’autre, est mauvais pour moi et vice versa ! Il ne peut être question que l’autre ait un poste représentatif ! Sainte horreur ! <><>Aujourd’hui, Louis Michel, n’est plus qu’un simple député européen, sans autorité. Les Flamands, eux, ont renforcé leur mainmise sur le haut du pavé international. <><>Karel De Gucht, Open VLD, de petit commissaire européen de la coopération, est passé à in « topjob » de commissaire européen au Commerce, négociateur européen à l’OMC ; Herman Van Rompuy, CD&Vlaams, de Premier ministre, accède à la présidence permanente du Coneil de l’Europe, assisté d’un chef de cabinet CD&Vlaams ; Yves Leterme, CD&Vlaams, de ministre des Affaires étrangères, s’en va occuper le poste de Premier ministre, assisté par un CD&Vlaams ; Steven Vanackeren, CD&Vlaams, accède au poste de ministre des Affaires étrangères, assisté d’un CD&Vlaams et du président du Comité de Direction des Affaires étrangères, Dirck Achten, Open VLD ; Peter Moors, Open VLD, directeur général de la Coopération au Développement, assiste Charles Michel, MR/PRL, ministre de la coopération au Développement ; Karel Pixten, Open VLD, à la présidence de la Commission des Relations extérieures de la Chambre ; les grandes ambassades belges à Washington et à Kinshasa, sont occupées respectivement par un Open VLD et par un CD&Vlaams ; les représentants permanents auprès de l’ONU , de l’Otan sont des membres respectivement de l’Open VLD et du CD&Vlaams…<><>A part Charles Michel, MR/PRL, ministre de la Coopération au Développement, deux autres personnalités francophones occupent un poste important, représentatif de la Belgique à l’extérieur : Jean De Ruyt, PS, représentant permanent auprès de l’Union européenne et Philippe Maystadt, CDH, président de la Banque européenne d’Investissement. Léo Delcroix, CD&Vlaams, remplace un francophone au poste de commissaire général belge – La Flandre boudait le financement de la représentation belge – à l’Exposition de Shangaï de mai 200, sans belle-mère francophone… En résumé, les postes de premier ordre de représentation de l Belgique au Conseil européen, à la Commission européenne, au Gouvernement fédéral, dans la diplomatie… sont occupés par des Flamands ! <><>Au point que Wilfried Martens, CD&Vlaams, ancien Premier ministre ex-CVP, un pointu parmi les ultra-pointus flamingants, a admis à La Première « qu’un partage des hautes fonctions internationales était souhaitable dans un pays comme la Belgique. Ce qui n’est pas le cas pour l’instant »… <><>Les Flamands ne se contentent pas du haut du pavé de la scène internationale, ils occupent les postes à pouvoir, de commande, au sein de la Fonction publique fédérale. Ce que souligne le rapport de la Commission permanente de Contrôle linguistique, CPCL : « Le bilan est assez négatif en ce qui concerne le respect des proportions des cadres linguistiques. On constate d’année en année une aggravation des déséquilibres linguistiques ». Le top des SPF, des parastataux, le Selor, le bureau de recrutement et de sélection… « Des nominations, des sélections ou des promotions faites en violation de la parité linguistique », resouligne la CPCL, et que dénonce le Gerfa, Groupe de Réforme de la Fonction administrative. <><>Le fruit des disputes fratricides entre le PS et le MR… Les francophones de tous les partis lâchent tout pourvu que l’un ou l’autre d’entre eux n’ait rien…C’est ça la gouvernance francophone !

17:00 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mainmise, gouvernance, francophone, disputes |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.