28/12/2009

FLAMANDISATRION PERNICIEUSE DE LA REGION BRUXELLOISE...

… sous l’œil indifférent des parlementaires francophones de tout bord. <><>« L’œuvre » de l’ancien ministre régional flamand bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, SP.A, socialiste flamand, fut à ce point remarquable, sous des airs de « gentil ministre souriant », enfourchant à bon escient le vélo. Du cousu mains en communication sur l’autel de la Flandre au nom du principe sacré : « Pour que les Flamands se sentent chez eux dans leur capitale ». Raymond Watrice. <><>Voyons quelques aspects de la flamandisation de Bruxelles sous l’ère Pascal Smet, dénoncés par Madame Nézia Mahieu, 1190 Forest. <><>Concernant les mesures de l’ancien ministre régional bruxellois de la Mobilité <><>Mesures relatives à la STIB <><>L’ancien ministre régional bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, néerlandophone d’origine flamande, a bien mis à profit son mandat pour néerlandiser, angliciser et multilinguiser les transports en commun bruxellois, notamment : <><>- en rebaptisant les points de vente de la STIB au moyen des appellations : « GO – KIOSK – BOOTIK », <><>- en ajoutant aux deux langues officielles de la Région, l’anglais et l’allemand pour les informations et messages diffusés notamment au moyen de panneaux lumineux dans les stations (inscriptions jaunes sur fond noir !…). <><>Autres exemples : <><>- Dans les nouveaux trams, les instructions sont déclinées dans l’ordre : en néerlandais, en français, en anglais, en allemand. <><>- Le bus de la STIB accueillant des jeunes à des fins de prévention des agressions et du vandalisme affiche : « WELCOME ON BOARD ». <><>Les informations, messages et instructions de la STIB devraient non seulement être bilingues français/néerlandais, mais aussi se trouver sur le même support, et donc au même endroit. Les usagers n’ont pas à devoir rechercher l’affichage dans leur langue. <><>Or, la nouvelle pratique suivante est maintenant utilisée. Il s’agit de l’utilisation d’un même affichage unilingue, d’une part, en néerlandais, et, d’autre part, en français, mais placé à des endroits éloignés :<><>- dans la première voiture et dans la dernière voiture d’un tram, <><>- à des arrêts de tram différents, <><>- d’un côté et de l’autre d’une station, <><>- d’un côté et de l’autre d’un boulevard. <><>En outre, parfois, l’en-tête du message de la STIB est en anglais, en gros caractères bien visibles, parfois de couleur rouge, et le message unilingue, soit en néerlandais, soit en français, est en petits caractères. <><>Mesure relative au plan régional bruxellois « VILLO » <><>Pascal Smet a aussi fait adapter un plan régional bruxellois « VILLO » et les couleurs qui prédominent sur les vélos « régionaux bruxellois » sont celles de la Flandre, soit le jaune et le noir. <><>Les couleurs des vélos régionaux bruxellois auraient dû être celles de la Région, soit le bleu et le jaune, ce qui aurait été une bonne mesure pour favoriser le sentiment identitaire bruxellois. Mais l’ancien ministre de la Mobilité a bien su « charmer et amadouer » les partis francophones puisqu’ils n’ont pas réagi et, qu’en l’occurrence, ils ont une nouvelle fois démontré « leur laisser faire ».<><>Mesure relative aux réaménagements de carrefours <><>Lors du réaménagement de carrefours, les anciens poteaux avec feux de signalisation routière peint avec des lignes rouges et blanches – comme en Wallonie… la Flandre ayant depuis longtemps repeint les siens en jaune et noir – sont remplacés par de nouveaux poteaux peint uniformément en gris. Cela sans arrière pensée, sans doute ?… <><>Il est tout à fait regrettable que les partis francophones ne semblent pas réaliser l’importance que « toutes les petites mesurettes » prises notamment par les ministres régionaux bruxellois néerlandophones visent à accroitre et à renforcer la présence flamande à Bruxelles et sa visibilité.

Les commentaires sont fermés.