28/12/2009

WALLONS ET BRUXELLOIS, REVEILLEZ-VOUS...

Ouvrez donc les yeux ! Jugez ! Ne vivez plus aux 19e et 20e siècles ! Mettez-vous bien en tête que la Flandre, après avoir fait son unité culturelle, est devenue une Nation dominatrice, autonome, que la Belgique n’est plus qu’un point sur les cartes anciennes ! <><>La Belgique de papa, c’est fini, bien fini ! Est-il besoin de rappeler les déclarations des élites politiciennes flamandes : Gaston Eyskens, Léo Tindemans, Herman Van Rompuy, Jean-Luc Dehaene, Yves Leterme… et tant d’autres ? Elles ont façonné l’Etat Belgique/België, et l’ont muté en Etat Vlaanderen… <><>L’Etat Vlaanderen fait tout pour se positionner. A l’intérieur du pays, il occupe tous les ministères régaliens, à l’exception des Finances ; il gère les postes de direction effective de la vie économique et sociale. A l’extérieur, il monopolise les fonctions représentatives de la « Belgique » ; il contrôle et oriente les relations commerciales. <><>La récente manifestation de cet expansionisme flamand est le carton d’invitation à une conférence internationale des tour-opérateurs au Canada, publié par le Tourist Office for Flanders, Office du Tourisme flamand, à New York, adossant les Flandres y compris Bruxelles aux Pays-Bas, et incorporant la Wallonie dans la France. <><>Benoîtement, le porte-parole du Tourisme flamand à Bruxelles justifie la « gaffe » - plutôt la provocation – de ses collègues à New York : « Nos collègues de New York nous ont expliqué que le délai d’impression très court des fameux cartons d’invitation ne leur a pas permis de vérifier la carte. C’est un simple incident de parcours. Nous le regrettons. Il ne faut y voir aucune intention : il n’y a pas d’agenda caché ». <><>Ouais. Allons donc ! S’ils le disent, c’est qu’il y a bel et bien un agenda caché. Un état d’esprit. La Flandre est conquérante. Et elle entend étaler sa suffisance avec la caution de ses ministres. Geert Bourgeois, N-VA, ministre flamand du Tourisme, parle « d’une erreur non intentionnelle » ; Steven Vanackere, ministre fédéral des Affaires étrangères, parle aussi tout benoîtement « d’erreur regrettable à éviter à l’avenir ». Même pas un rappel à l’ordre. Les ministres francophones au Kern et au Conseil des Ministres se taisent, comme d’habitude. Complicité ! Les présidents de partis francophones sont… en voyage ! Ils s’en foutent ! Leur parti est toujours agrippé au Pouvoir. <><>Par contre, Edith Mayeux, l’attachée commerciale de l’Awex, Agence wallonne pour l’Exportation, à New York, dénonce la permanence de la volonté flamande d’imposer son image internationale : « Je ne croix ni au hasard ni au dérapage. Ce n’est pas une première. Dans le New York Times, une publicité pour l’Europe, met la Flanders sur le même pied que Paris et les autres capitales européennes ». <><>La Flanders House n’est, du reste, pas à son coup d’essai. Un système bien mis au point portant la griffe de spécialistes en matière de communication. A l’occasion de l’inauguration de ses nouveaux locaux, fin février 2009, sur la prestigieuse Huitième Avenue à New York, ses dirigeants, les représentants de la Communauté flamande et le ministre-président de la Région flamande, n’ont pas sourcillé au message de remerciements que leur a adressé Johan Bruyneel, directeur sportif de l’équipe du coureur cycliste Lance Armstrong, pour l’octroi de la distinction « Flanders-America Awards » ; il déclarait : « La Flandre est bien plus qu’une Région. C’est un pays ». Quelque six mois plus tard, en juin 2009, le directeur de Flanders House affirmait que pour les investisseurs étrangers : « Flanders is Belgium and Belgium is Flanders », La Flandre, c’est la Belgique, et la Belgique, c’est la Flandre ». <><>Donc soutenir, comme l’a fait le ministre fédéral flamand des Affaires étrangères, que la diffusion d’une carte tronquée est une « erreur regrettable… » est une tromperie… par omission. C’est bien l’expression de la volonté du peuple flamand dans une très, très large majorité. <><>Osons dire : « Te veel is te veel », « Trop, c’est trop ». Osons dire à nos édiles ministériels, parlementaires, communaux que nous avons assez de leurs minauderies, de leurs mesquineries, de leurs gesticulations, de leur cinéma marathon, de leur égocentrisme, de leur individualisme… L’autodestruction. <><>Osons dire à nos édiles ministériels, parlementaires, communaux que nous voulons la transparence, la vérité, l’écoute, la simplicité… La vie.<><>Osons crier : Wallonie-Bruxelles exploitée, Wallonie-Bruxelles bafouée, Wallonie-Bruxelles humiliée, mais Wallonie-Bruxelles conscientisée, Wallonie-Bruxelles debout, en marche vers la Liberté…L’éveil d’une force. <><>Wallonie-Bruxelles qui attend un Jules Destrée, un François Bovesse, un Jules Renard, un ‘t Serclaes, un Abbé Mahieu, un Lucien Outers. Un libérateur. <><>Positionnons-nous dignement. Et restons fermement sur nos positions.

Les commentaires sont fermés.