08/01/2010

2007 : LE NON FRANCOPHONE UNE ERREUR...

… Déclaration de Louis Michel, M.R., député européen, ancien président du M.R., au quotidien Le Soir des 31 décembre 2009 et 1er janvier 2010, au cours d’un entretien avec le journaliste Olivier Mouton.+ + Pour Louis Michel, il fallait suivre l’inspiration du M.R. « négocier mais sans condition préalable », contrairement au PS et au CDH qui se déclaraient « demandeurs de rien ». Pour Louis Michel, il fallait donc accepter la proposition flamande d’une grande réforme de l’Etat. Il s’en explique : « Nous ne sommes plus aujourd’hui dans une logique fédérale. Il faut arrêter de laisser croire ça. Nous sommes déjà dans une logique confédérale où les Régions et Communautés disent ce qui reste au fédéral. Cela ne correspond pas à mes convictions, mais je ne veux pas nier les évidences. Depuis la réforme de 1989, qui fut une erreur, les Régions et Communautés ont le beau rôle, elles vivent du dépeçage de l’Etat fédéral…Cette erreur de 2007 (une nouvelle erreur des francophones, ndlr) a précipité, dans le sens chimique du terme, l’émergence d’un unanimisme flamand, qui intègre jusqu’aux modérés. Le « non à tout », même au dialogue, a fait bien des dégâts. C’était de l’immobilisme actif ». + +Si l’on prend, à la lettre, les paroles de Louis Michel, M.R., « nous sommes déjà dans une logique confédérale », l’Etat belge se trouve engager dans son démantèlement : deux Etats distincts, la Flandre et la Wallonie « nouant entre eux des liens de coopération ». + + Mais alors que devient Bruxelles ? Intégration en Flandre ? Ou Zone internationale ? + +Pour la Flandre, il n‘y a pas photo : Bruxelles est sa capitale ; elle fait par conséquent, et sans discussion, partie intégrante de son territoire. Louis Michel et le M.R. accepteraient ! Ils rencontreraient un certain courant « repli sur soi » en Wallonie. + + Quel est votre avis ?

Les commentaires sont fermés.