01/02/2010

BHV : LES FRANCOPHONES AU FRONT...

Olivier Maingain, député-bourgmestre, président du FDF, ne lâche pas prise. Il ne peut accepter que le Président de la Cour constitutionnelle, Paul Martens, ait commenté la portée de l’arrêt de la Cour d’Arbitrage de 2003 (actuellement Cour constitutionnelle) dans le dossier BHV. Pour Olivier Maingain, tout magistrat, quel que soit son rang est astreint à un devoir d’impartialité et de réserve.+ + Que reproche-t-il au Président de la Cour constitutionnelle ? C’est d’avoir pris position sur le plan politique en émettant un avis, dans la presse, sur le changement du système ainsi que sur la nécessité de régler BHV avant d’aller aux urnes.+ + Dans son interpellation du Premier ministre, Yves Leterme, sur le sujet, Olivier Maingain s’est enquis des éventuelles procédures disciplinaires à l’encontre du magistrat, au cours de la séance de la Commission de l’Intérieur de la Chambre des Représentants, étant donné que : « ce dossier pourrait encore faire l’objet de recours devant la Cour constitutionnelle et dans ce cadre, M. Martens pourrait faire l’objet d’une récusation par les parties vu que son impartialité est mise en doute ».Yves Leterme s’est tenu à une réponse chafouine : « Non », se retranchant derrière le paravent de la séparation des pouvoirs. + + La saga BHV continue !

Les commentaires sont fermés.