12/03/2010

BAUME, BERCEAU DU LAETARE LOUVIEROIS

Texte de Christian QUINET+ + +Le hameau de Baume, traversé dans sa longueur par la forêt charbonnière puis par la chaussée, est le plus ancien de La Louvière. Au moment où notre cité devient commune à part entière (1869), Baume compte plus d’habitants que Saint-Vaast auquel il était réuni jusque là. + + La poterie (Théophile Lecat) et les produits réfractaires (Léon Lecat) posent les assises du déploiement économique et démographique du quartier. Une intense activité commerciale s’y déploie déjà dans la première moitié du XIXème siècle. + +Pionnier des festivités carnavalesques et co-fondateur des Boute-en-train, feu Alfred Pourbaix (échevin) atteste de l’existence de gilles primitifs à Baume dès 1840 tandis que l’imagerie populaire nous présente, en 1856, un groupe de durmèlès, terme wallon pour désigner des travestis divers précédés (sic) par un orchestre improvisé et qui célèbrent officieusement le carnaval.+ + En 1869, les habitants de Baume souhaitent que la nouvelle commune, issue de la séparation d’avec St-Vaast, prenne le nom de leur quartier. Cependant, la position centrale et surtout stratégique de l’actuel Drapeau Blanc (1) incite les décideurs à opter pour La Louvière, plus logique puisque l’endroit, depuis des siècles, est dénommé, en roman : meynoleu = repaire du loup, puisque recouvert par la forêt citée plus haut et squattée pendant des siècles par cet animal dont le dernier spécimen aurait été aperçu à La Louvière au début du XXème siècle. + + C’est à Baume, au Cras Culot, qu’est né notre D’Jobri (Joseph Brismet) le 28 avril 1885 dont nous célébrons donc, cette année, le 125ème anniversaire. + +Avant 1869, les Gilles, Paysans, Clowns et masques de Mitant-des-Camps, Hocquet, Longtain et Centre-ville participaient au carnaval de Baume. Vu la proximité géographique, Bouvy, quant à lui, descendait sur Saint-Vaast et, si subsiste cette tradition louviéroise d’opter, à Pâques, pour le carnaval de cette cité plutôt qu’une autre, c’est aux habitants de Bouvy que nous le devons.+ + Le hameau de Baume reste fidèle à son identité à travers l’organisation du carnaval des enfants chaque vendredi précédant Laetare (25ème anniversaire cette année) mais aussi par sa convivialité entretenue par trois estaminets à la clientèle assidue et à haut taux de fréquentation ! A Baume, on a le sens du bon accueil et l’apéritif (prolongé !) du dimanche matin y attire des habitants des autres quartiers et du centre ville. + +Bienvenue à Baume, bienvenue au Laetare 2010 à La Louvière ! … Et… si vous ne pouvez ou ne voulez pas vous déplacer dimanche matin, ne manquez pas de regarder votre chaîne de télévision favorite, soit ACTV qui vous propose, en exclusivité cette année, dès 12 h 15, un reportage d’une heure en direct du rondeau sur la Place communale !... Un beau cadeau, merci à la rédaction !... + +Cum Lupis Laetare… + +(1) Cet endroit s’appelait « èl Chèrijî » (le Cerisier) car un de ces arbres trônait au sommet de cette butte puis ce fut « Mathée », contraction de Marie-Thérèse, prénom de la fermière de cette vaste exploitation, qui était aussi relais de diligence, occupait une surface étendue de l’endroit et a, en quelque sorte, constitué la base de l’essor commercial du futur Drapeau Blanc : j’espère que vous connaissez l’origine de cette dénomination. Si pas, je suis à votre disposition… + +Bon carnaval !

Les commentaires sont fermés.