12/03/2010

FORUM : NOS ADHERENTS EN DIRECT...

Guy-François HOFMANS, 8400 Oostende - … A la lecture de l’édition de janvier, j’ai hésité à m’engager plus profondément…Pourquoi mon hésitation première ? D’origine française – un de mes ancêtres était dans la Grande Armée et a dû revenir sain et sauf de la campagne de Russie. J’ai encore son sabre et sa pipe en faïence avec l’inscription « Moscou » - je trouve votre motto (devise, ndlr) « diffusion de la culture française et à la promotion de la communauté Wallonie-Bruxelles » bien approprié. Bien sûr, les Wallons et les Bruxellois parlent français. Insistons toutefois sur le fait que Bruxellois et Wallons ont un intérêt différent dans la vie courante et politique. Seul pont entre les deux : la Francophonie ! L’union culturelle au-delà des régions ! […] Pensez à ceci : Francophone de Flandre, je parle couramment le néerlandais et regarde l TV et le journal télévisé flamand. Croyez-moi qu’eux ne parlent pas de « Limburgs-, Wests- et Oost-Westse taal en regio », mais bien en Vlaams, Vlaanderen, avec le néerlandais supplantant les régionalismes. Pourquoi pas nous ? Défendons notre belle langue française au-delà des régionalismes surannés. […] Unissons-nous, comme le font les Flamands… + + +Guy MASSENAUX, 1040 Etterbeek – … « Wallingantisme » croissant dans certains milieux francophiles de Wallonie. Voilà un sentiment qui me préoccupe. En Wallonie, certains se distancient peu à peu de Bruxelles : même, comme je peux le constater sur certains blogs wallons, on y développe une certaine « compréhension » pour les « griefs » flamands. Nos amis flamands, forts de la prééminence de fait qu’ils viennent de conquérir en Belgique sont en train de réécrire l’histoire ! De même, dans la Wallonie de plus en plus autonome, certains veulent l’éloigner de Bruxelles et croient pouvoir se sauver et survivre sans notre région… Il me semble aussi que la Ligue Wallonne, à bon droit accaparée par sa lutte anti-flamingante, néglige ses arrières et devrait aussi dénoncer l’indifférence, voire l’hostilité larvée de certains Wallons envers Bruxelles (p.ex. M. Claude Thayse). L’importance du mouvement wallon de Bruxelles, la contribution des Wallons de Bruxelles, dans le passé et encore actuellement, devraient être rappelés, ainsi que la valeur de Bruxelles et de sa résistance pour le bien-être des Wallons eux-mêmes. Dans cette optique, la Ligue Wallonne ne devrait pas négliger de faire la « promotion » de la Wallonie actuelle auprès de ses propres lecteurs. Il ne suffit pas de publier des poèmes wallons (nostalgie quand tu nous tiens…)

Les commentaires sont fermés.