23/04/2010

OFFENSIVE DU MONDE GERMANIQUE SUR L'EUROPE ?

OFFENSIVE DU MONDE GERMANIQUE SUR L’EUROPE ?Il est surprenant que le durcissement de la Flandre vis-à-vis des Francophones coïncide avec le durcissement de l’Allemagne vis-à-vis de la Grèce et son évolution au sein de l’Europe. <><>Faut-il voir une résurgence de la politique de l’Empire germanique du siècle passé de vouloir être une puissance maritime par la disposition de ports de haute mer ? Une persévérance. <><>L’Allemagne est florissante. Elle est devenue la première puissance économique européenne, dans le sillage des puissances économiques mondiales que sont les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, le Japon… <><>Et l’Allemagne s’affirme avec une certaine virulence. Elle donne le « la » à l’Europe. La faiblesse de la Grèce lui donne la possibilité d’avoir un point d’attache en Méditerranée. Une ouverture vers le Moyen-Orient en snobant le Détroit de Gibraltar ! Elle saisit l’opportunité en forçant la Grèce, et les autres pays européens, à passer par « ses » conditions. <><>Il est peu douteux que les regards de l’Allemagne ne se posent pas sur la Belgique. Celle-ci lui donne, par ses ports de Anvers, Zeebruges, Gand, une possibilité d’accès aux océans. <><>Au cours de la Grande Guerre 1914-1918, la Chancellerie allemande a soutenu le Mouvement flamand dans ses vues de territorialité et l’a encouragé dans le développement de la Flamenpolitik qui lui aurait permis, dans l’accord d’un armistice qui se négociait en secret, d’avoir un accès direct au port d’Anvers par l’intermédiaire de la Flandre à défaut d’une annexion, comme elle l’envisageait, de la Belgique.<><>La Flamenpolitik est toujours bien vivante dans les milieux flamands ! N’incitait-elle pas en 1918 la transformation de l’Etat unitaire en un Etat fédéral composé de deux Régions, la Flandre avec Bruxelles comme capitale, et la Wallonie centrée sur Namur ? C’est-ce qui s’est passé quelque 45 ans plus tard ! Bruxelles, par compromis, devenant une région-croupion, limitée à un territoire exigu et enclavé en Flandre, appelée à disparaître à terme dans des réformes de l’Etat futures. <><>Le renouvellement des traités du Benelux est appelé à prendre en considération une extension du Benelux au Land allemand de Rhénanie-du-Nord-Wesphalie, un puissant Land industriel plus grand que la Belgique et peuplé de 18 millions d’habitants, centré sur la région industrielle et de services de la Ruhr. Est-il permis de s’étonner de la virulence actuelle du Mouvement flamand qui agite tous les partis politiques de Flandre ? Se positionner dans le « Benelux » de demain ?

Les commentaires sont fermés.