08/06/2010

C'EST LA GUERRE ?

La Flandre est entrée dans une logique de guerre contre la Francophonie belge ; elle lui lance un ultimatum : acceptation volontaire des résolutions du gouvernement flamand ou imposition desdites résolutions par la force de la loi du nombre au Parlement fédéral. + +Yves Leterme, CD&V, Premier ministre démissionnaire, le 6 juin 2010 à la VRT a été catégorique, intransigeant au sujet de l'élargissement de Bruxelles : "Il faut être clair, il n'aura pas lieu, ni aujourd'hui, ni demain. C'est neen." + +Bart de Wever, président de la N-VA, le 7 juin 2010, est tout aussi catégorique au sujet de la viabilité de la Région bruxelloise : "La création de la Région bruxelloise était une erreur. Dans un Etat confédéral, il faut que Bruxelles soit un condominium géré par les deux communautés… On ne peut confier aux Bruxellois que les seules compétences d'une ville, mais pas celles d'un Etat". + +Deux compères flamingants. « La Flandre, rien que la Flandre » est leur dogme. + + Traduction. Pour la Flandre, la Belgique doit être scindée en deux Etats : d'un côté, la Flandre avec Bruxelles comme capitale ; de l'autre côté, la Wallonie bilinguisée avec Namur comme capitale. L'application pure et simple de la "Flämen Politik" élaborée pendant la Grand Guerre mondiale 1914-1918 en collaboration avec l'occupant allemand, permettant dans ses prolongements, à l'Empire allemand d'avoir accès aux océans. Dans une vision de l'après-guerre d'une intégration de l'Etat Belgique dans l'Empire allemand. + + Politiquement, culturellement, économiquement la Flandre s'émancipe de l'Etat belge. Ainsi le veut-elle. Pour elle, la nation belge n'existe plus, n'existe pas. La Belgique, sous la forme d'un Etat fédéral, ne l'intéresse plus. Elle veut un Etat confédéral, passage transitoire à la séparation. + +Dans cet état d'esprit, où situe-t-elle Bruxelles et la Wallonie ? + +Bruxelles capitale de la Belgique est gommée. Bruxelles et sa périphérie sont intégrées dans le territoire unilingue flamand ; leurs habitants doivent s'adapter. Point à la ligne. + +La Wallonie est bilinguisée, dominée économiquement par la Flandre qui envahit ses industries et ses affaires, limitée dans les moyens financiers mis à sa disposition. "Nous contraindrons les Wallons à se mettre à genoux", a déclaré un ancien président de l'Open VLD. + +C'est donc de la résistance que Bruxelles et la Wallonie ont besoin dans la "guerre" déclarée par la Flandre. "Amis, entends-tu…". Ce cri doit retentir dans nos poitrines…Nous devons être conscients que la Flandre lance l'assaut final… Nous devons le briser… Il n'y a aucun niveau de vie acceptable dans l'asservissement culturel, économique et politique.Nous attendons qu'une grande figure francophone se lève. Un 18 juin.La déclarationde Bart De Wever, ce matin, devant la presse internationale : "Une victoire de la N-VA ne signifiera pas la fin de la Belgique". Traduisez : elle donnera naissance à la BELGIË de Nieuwpoort à Arlon avec comme langue officielle, unique, le flamand dans les administrations publiques. Une mainmise totale de la Flandre sur ce que fut la Belgique.

15:43 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgie, guerre, assaut |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.