08/06/2010

LE SALUT DE LA WALLONIE ET DE BRUXELLES PASSE PAR LA FRANCE...

C'est la réflexion lancée en avril 2008, dans un billet intitulé "Le choix de la France" au journal Le Soir, par Willy BURGEON, président honoraire du Parlement wallon. Une réflexion toujours bien vivante. + + +" La Belgique est en train de mourir, disait-il, parce que la majorité flamande le veut ainsi depuis des années. L'opinion séparatiste s'affirme davantage à chaque élection. La Flandre nous domine parce qu'elle dispose, depuis 1999, avec les dispositions du Parlement flamand, d'un projet politique unanime et parce que les Francophones ont été incapables de s'organiser"… Après mûre réflexion, je suis convaincu que le salut de la Wallonie et de Bruxelles passe par la France. De gros pans de notre économie sont déjà associés à ce pays (Dexia, Electrabel, Tractebel, etc). Notre culture est française. Plus les droits des Francophones sont bafoués, moins je résiste, au nom de la liberté, à l'appel de la France… " + + Willy Burgeon suggère une solution; il la trouve dans les forces créatives des citoyens : "La solution, dans un premier temps, avance-t-il, se trouve dans la constitution d'un "Mouvement de Réflexion et d'Action" très ouvert qui transcenderait les particraties et qui seraient portés par des militants convaincus et dynamiques". La libération de forces jeunes et dynamiques. Il conclut : "La gravité et le blocage de la situation amènent à la conclusion que l'avenir de la Wallonie et de Bruxelles passe par une mutation de grande ampleur, accomplie par de véritables hommes d'Etat courageux et désintéressés, mus par le rationnel et dégagés des menées sentimentalistes et électoralistes et non par des nervis qui s'accrochent aux lambeaux d'un Etat qui sombre".

Les commentaires sont fermés.