09/06/2010

LE PALAIS DE LA PLACE POELAERT A BRUXELLES EST-IL A VENDRE ?

Il en est ; il en serait ; il en a été question depuis l'annonce du départ, pour cause d'insécurité, des juridictions installées depuis des lustres dans le Palais de Justice. La Communauté flamande - qui a de l'argent - a immédiatement pris la balle au bond et s'est portée candidate acheteuse. La Communauté française - qui n'a pas d'argent - reste muette.+ +Pourquoi délaisser le Palais de Justice, un joyau architectural ? Pour cause d'insécurité, soutiennent Yves Leterme, Premier ministre, et Stefaan De Clerck, ministre de la justice, tous deux CD&V. C'est faux, s'exclame Eric Libert, député fédéral MR/FDF, échevin à Rhode-Saint-Genève. Et il s'exprime dans une interview publiée dans la Dernière Heure du 2 juin 2010. "Je suis particulièrement convaincu, dit-il, que le problème de la sécurité est un prétexte parce que, quand, au Parlement fédéral en avril dernier, j'ai interpellé le ministre de la Justice, Stefaan De Clerck, il m'a répondu que le paradoxe de la situation est que toutes les juridictions qui ont déjà quitté le vieux bâtiment Poelaert sont celles qui ne posent aucun problème de sécurité ! La sécurité, ça concerne les audiences correctionnelles, d'assises, les chambres du conseil et des mises en accusation ! Et elles, elles n'ont pas bougé […] J'ai compris quand j'ai lu l'étude commandée par le gouvernement sur le palais. J'ai découvert qu'un gros chapitre est consacré à la réaffectation du palais en centre commercial, en musée, en salle de spectacle ou que sais-je […] Par conséquent, dès le départ, le gouvernement avait déjà derrière la tête de reconvertir le palais. C'est clairement un symbole de l'unité nationale, de la justice fédérale que Messieurs Leterme et De Clerck veulent abattre. Ce n'est pas pour rien qu'ils appartiennent à un même parti, le CD&V, qui, en 2007, a mené la campagne la plus flamingante de son histoire […] Le Vlaamse Leeuw flotterait au-dessus de la coupole ! Vous voyez çà ?" + +Pour l'énième fois, nous posons la même question - toujours sans réponse - : Que font les ministres francophones au Kern et au Conseil des Ministres élargi ? Les décisions ne doivent-elles pas y être prises à l'unanimité ? + +Monsieur Eric Libert, 3e suppléant sur la liste MR n° 6 de l'arrondissement Bruxelles-Hal-Vilvorde pourrait-il nous répondre ? Lui qui, dans un message à l'adresse des habitants de la périphérie bruxelloise, les exhorte à faire front aux attaques flamandes, à ne pas avoir peur, à s'affirmer, à être derrière leurs bourgmestres non nommés depuis le 10 octobre 2006. "Avec nous, dit-il , le message est clair et direct. Quant aux habitants de la périphérie, ils doivent savoir que l'élargissement de la Région bruxelloise mettrait fin à tous les problèmes communautaires qu'ils rencontrent et qu'enfin leurs droits seraient respectés. Voilà pourquoi ils ont eux aussi tout intérêt à accorder leur confiance à des candidats FDF sur les listes MR. Plus que jamais à un moment de notre histoire politique où les partis flamands sont de plus en plus exigeants". Au message de Eric Lambert, joignons celui de Véronique Caprasse, Echevine à Crainhem, 16e candidate FDF effective sur le liste MR n° 6 de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde : […] Si les partis flamands veulent scinder BHV, les Francophones doivent alors obtenir l'élargissement de la Région de Bruxelles en englobant notamment les six commues à facilités où vivent 75 % de Francophones. Nous aurions alors un grand Bruxelles où le droit des gens primerait sur le droit du sol". Une attente. Une espérance.

Les commentaires sont fermés.