05/07/2010

LE REFINANCEMENT DE BRUXELLES : QUEL PRIX A PAYER ?

…"Un prix énorme, selon Michel Legrand, président du Gerfa (site web : www.gerfa.be; courriel : mgjlegrand@yahoo.fr). Il aurait pour seul et unique nom la fixation des frontières de la Flandre et l'épuration linguistique dans l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde. Ce prix est énorme, car il phagocyterait définitivement Bruxelles, la priverait de son hinterland culturel et économique et hypothéquerait l'avenir non seulement du peuple francophone mais également de la Wallonie qui se verrait privée de sa ville principale, avec son poids économique et de son rôle de vitrine internationale. + +Il faut dire NON à toute remise en cause des arrondissements, électorat judiciaire de BHV, et naturellement des facilités administratives dans les six communes périphériques […] Mais soyons de bon compte : on ne peut quand même pas reprocher à un peuple de ne pas consentir à l'abandon de ses minorités et de refuser de négocier des frontières internationales à l'intérieur d'un Etat sans consultation des populations concernées ; de plus, l'acharnement flamand à vouloir la scission de BHV est fondé sur une certaine idée de pureté linguistique et sur une interprétation abusive d'un arrêt de la Cour d'Arbitrage, qui, rappelons-le, rejette le recours contre la loi maintenant l'arrondissement électoral de BHV, tout en émettant une réserve dans un simple considérant. Dès lors, à côté de la scission, il existe d'autres solutions permettant de sortir du problème et de tenir compte de la situation complexe de cet arrondissement."

17:08 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : refinancement, prix, avenir, frintieres, cour d arbitrage, gerfa |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.