26/08/2010

ACCORD SUR LA REVISION DE LA LOI DE FINANCEMENT

Ouf ! s’exclame Elio Di Rupo, PS, préformateur. « Les sept partis s’entendent sur les balises qui encadreront la révision de la loi de financement » titrent les médias.

Qu’est-ce à dire ? Flamands et Francophones, main dans la main ? Un miracle ?

« C’est un accord vraiment équilibré ; tous s’y retrouvent » entend-on du côté des Sept, PS, CDH, ECOLO, N-VA, CD&V, SP.A, Groen. Le principe étant acquis, les experts vont pouvoir maintenant s’atteler à la tâche de présenter un plan de financement qui répond totalement aux attentes de toutes les entités fédérées.

Qu’en est-il ?

La Flandre obtient la révision réclamée avec en plus la promesse de disposer d’une plus grande autonomie financière et une « plus grande marge de manœuvre pour ses revenus propres ».

Bruxelles et la Wallonie engrangent « l’assurance » que la réforme ne pourra ni entrainer une concurrence déloyale entre entités ni appauvrir structurellement une entité, et que la réforme assurera le financement de l’Etat fédéral.

En bref, du « concret » pour la Flandre, de « l’immatériel » pour les Francophones ! Plus crument : une avancée, étape par étape, côté flamand ; une capitulation enrubannée, côté francophone.

« La réforme, selon les Sept, devra être durable et assurer la stabilité de toutes les entités, veiller à maintenir l’équilibre financier de la maison Belgique ». C’est ce que les Francophones ont obtenu ; ils en sont fiers !

Vous croyez, vous à cette durabilité, à l’assurance de la stabilité ? La N-VA ne parle-t-elle déjà pas de « pas dans la bonne direction » ? Une renégociation annoncée de ce que la Flandre a consenti aux Francophones ! Pourquoi se gênerait-elle ? Les Francophones lui ont accordé ce qu’elle voulait : le lancement de la révolution copernicienne avec la révision de la loi de financement lui ouvrant la porte à la scission de la sécurité sociale. Ceci étant acquis, la N-VA va exiger la prise en considération de la deuxième partie de ses revendications ; le maintien de l’enclavement de Bruxelles et la « modernisation » de l’organisation institutionnelle bruxelloise ». Autrement, la création du Grand Bruxelles !

Pas à pas, étape par étape, la Flandre réalise son programme d’expansion élaboré en 1917 avec la collaboration de l’occupant allemand. La Flamenpolitiek.

15:47 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : promesse, loi de financement, réforme |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.