02/09/2010

LE LACHAGE ANNONCE DE LA PERIPHERIE...

 

La déclaration de Elio Di Rupo, préformateur, président du PS annonçant que "Le centre de gravité est déplacé vers les Régions" fait craindre fortement au lâchage des Francophones habitant dans des communes à facilités linguistiques, en particulier celles situées en périphérie bruxelloise. 

Au demeurant, pour la N-VA, c'est une question de fiabilité. La scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde est un des points majeurs de son programme électoral. La N-VA a clairement annoncé vouloir avancer par étape dans la liquidation de la Belgique. Or, BHV est la première étape dans son processus de liquidation de la Belgique ; elle ne peut attendre.

Pour le PS, la scission de BHV est une possibilité de se débarrasser - comme il l'a fait pour les Fourons - des électeurs votant majoritairement MR et de larguer un arrondissement qui l'a empêché d'obtenir un siège supplémentaire.

Pour le CDH, la scission de BHV est aussi une possibilité de se séparer d'un arrondissement qui lui a provoqué le perte d'un siège.

Et l'on sait que l'arrondissement de BHV avait déjà permis en 1985 l'élection d'un membre de la Volksunie domicilié en Flandre.

De plus, les Wallons semblent se désintéresser des Francophones de la périphérie bruxelloise, ces Francophones "égarés" comme l'écrivait Jules Destrée en 1929 ! Ajoutons, la branche PRL du MR, personnifiée par De Decker, proche de la bourgeoisie flamande, qui ne s'opposerait pas à une intégration en Flandre de la partie Hal-Vilvorde de l'arrondissement dans laquelle se trouvent les communes à forte densité francophone : Crainhem, Wezembeek-Oppem, Linkebeek, Rhode-St-Genèse, Wemmel,  Beersel, Dilbeek, Zaventem…

Les commentaires sont fermés.