15/10/2010

PROMOTION DES LANGUES REGIONALES

 

Editorial de Paul Lefin, président de l'Union Culturelle Wallonne

"Nous voici donc arrivés à la rentrée. Très bientôt, nous entamerons la préparation du Grand Prix du Roi Albert, session 2010-2011.

Dès maintenant, la vie de nos cercles retrouve toute sa vigueur pour servir le Théâtre en wallon et, d'une manière générale, la langue et la culture wallonnes.

Au sein de l'Union Culturelle Wallonne et de nos cinq fédérations provinciales, nous allons essayer de réaliser les perspectives d'avenir issues des travaux de notre Assemblée Générale. Mais, il y a plus, au-delà des objectifs à court terme et des nombreuses actions ponctuelles que nous allons mener, la préoccupation majeure de cette nouvelle année d'activité sera sans doute de faire en sorte que la culture wallonne soit reconnue comme une des composantes essentielles de la culture en Wallonie.

Dans les temps politiques perturbés que nous vivons, affirmons-nous. Nous avons bien vécu les fêtes de Wallonie. Que ce soit pour nous l'occasion de réaffirmer notre foi en l'avenir, que ce soit pour nous l'occasion d'être présents, de Verviers à Tournai et d'Arlon à Nivelles pour chanter la WALLONIE."

 

Communiqué de l'A.I.D.L.C.M. réunie en Assemblée Générale à Barcelone le 3 juillet dernier sous la présidence de Paul Lefin

Motion concernant les médias

Constatant objectivement le peu d eplace réservé aux langues régionales de Wallonie dans le paysage audiovisuel de la Communauté française de Belgique. En effet :

- en radio, si l'on peut constater une amélioration des émissions de la R.T.B.F. en décrochage régional, ces émissions souffrent toujours d'une attribution très défavorable des créneaux horaires, du manque flagrant de moyens financiers et même, pour certaines d'entre elles, du minimum requis de moyens humains

- en télévision, s'il y a une amélioration dans la production de "Wallons Nous", les langues régionales de Wallonie restent toujours absentes du quotidien télévisuel des Wallons

- en matière de télévisions communautaires, si l'on décèle un intérêt nouveau pour certaines activités et l'une ou l'autre expérience intéressante, la majorité des centres ne remplissent aucunement leur rôle de "télévision de proximité" en valorisant l'existence des langues régionales de Wallonie, dans le secteur des radios locales, on connaît une diversification d'émissions dans l'ensemble de la Wallonie.

Alors que les langues régionales bénéficient dans la plupart des pays d'Europe de plages horaires importantes, le wallon, le picard, le gaumais et le champenois, sont mal diffusés cependant que la vie culturelle est riche d'événements qui mériteraient d'être captés et diffusés.

L'AIDLCM estime que la diffusion des langues régionales de Wallonie dans les médias est encore marginalise.

Charge les instances de l'Union Culturelle Wallonne de poursuivre les contacts avec la R.T.B.F. et les stations privées afin de les sensibiliser à l'utilité et aux bénéfices de la diffusion d'émissions en langues régionales de Wallonie, de poursuivre les contacts avec la R.T.B.F., la Fédération des Télévisions locales et les stations privées afin de les sensibiliser au travail conséquent fait d'initiative par les autres télévisions d'Europe dans la diffusion et la promotion des langues régionales ; d'améliorer sans cesse la collaboration établie avec la presse écrite.

 

Motion concernant l'enseignement

L'A.I.D.L.C.M. prenant comme référence les travaux de pédagogie et de psycholinguistique qui font autorité et dont les conclusions confirment depuis longtemps le bilinguisme langue véhiculaire/langue régionale comme un élément essentiel prédisposant à l'apprentissage d'autres langues, ainsi qu'au développement intellectuel et social de l'enfant.

Réclame de tous les Pouvoirs et des Partenaires une attention très particulière à l'intégration de la langue régionale endogène, outil de développement intellectuel, linguistique et culturel, dans le processus éducatif des enfants et des adolescents, ainsi que dans la formation de jeunes adultes

S'adresse particulièrement

- au Ministre de l'Enfance et de l'Enseignement fondamental pour qu'il adopte enfin une attitude générale conforme à la volonté des Wallons d'intégrer leur langue régionale dans leur développement culturel de manière générale

- au même Ministre et à sa formation politique pour qu'ils marquent clairement leur volonté d'aller dans le sens des nombreuses initiatives des gouvernements démocratiques européens quant à la reconnaissance et la promotion des langues régionales, particulièrement dans l'enseignement

Demande avec une extrême insistance que conjointement à l'introduction prônée d'un bilinguisme obligatoire dans l'enseignement primaire, soient enfin mis en application, par des mesures et des moyens adaptés, les dispositions des Décrets du 2 février 1983, du 14 décembre 1990 ainsi que du récent décret de juillet 1998 relatif aux Arts de la Parole dans les Académies de Musique et dans l'Enseignement Secondaire à Distance, en s'inspirant  aussi des recommandations déposées pat la Commission d'intégration des langues régionales et ratifiées par le Conseil des langues régionales endogènes de la Communauté française de Belgique

Se tient à la disposition pour un partenariat efficace en vue d'assurer une maitrise des langues régionales dans la formation initiale et continuée des enseignants.

Source : COCORICO, Magazine du bilinguisme wallon n° 16, juin-juillet-aout 2010, www.ucwallon.be

 

 

 

Les commentaires sont fermés.