19/11/2010

FORUM : PROBLEME COMMUNAUTAIRE BELGE

Thierry PRIESTLEY, par courriel - …Citoyen français, ayant habité la Ville de Mons durant mon adolescence, à l'époque déjà lointaine où mon père y fut consul général de France, je savais seulement que la Belgique était un pays compliqué dont j'ai toujours cru que les problèmes n'étaient pas les miens, les nôtres, et qu'il valait mieux en rire tant ils paraissaient folkloriques, exotiques même.

Je commence à prendre conscience qu'il n'en est rien et que peut-être même ces problèmes sont autant, sinon plus, les nôtres et probablement ceux de tous les Européens. Que de surcroît ce sont des problèmes graves qui font écho en les amplifiant à un  profond bouleversement de l'histoire européenne, c'est-à-dire de notre histoire à tous, dont nous n'avons pas encore une idée exacte, mais qui va probablement au-delà question d'un simple éventuel réajustement de frontières pour séparer deux peuples qui ne s'entendent plus. Quelque chose qui touche à l'affrontement que l'on retrouve ailleurs de valeurs ou d'idéologies sous-jacentes qui ne disent pas clairement leur nom, en tous les cas de représentations de ce que doivent être les rapports des peuples d'Europe entre eux, ou que sais-je encore… ?

Je ne sais comment fixer ma pensée à ce sujet,  je suis réellement troublé. Continuez donc à m'adresser les contributions : je finirai bien par en tirer des convictions personnelles…

16:43 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adolescence, belgiue, pensée, peuples |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.