10/05/2011

TABLE DE DISCUSSION : LE CONCEPT "DISTRICT" A ERADIQUER

ERADICATION DU MOT « DISTRICT »…

 

Magda DECHESNE-CHARLES, 1410 Waterloo - Il me paraît impossible d’éradiquer ce mot de « district » qui  revient encore de plus belle ces jours-ci. Il m’est difficile de comprendre pourquoi cette appellation, due à l’orangiste nostalgique Louis Tobback, si je ne me trompe, qui regrette  la scission d’avec les Pays-Bas en 1830, est constamment utilisée et tout à fait défavorable à Bruxelles et aux Bruxellois.

La mauvaise idée de Louis Tobback est d’avoir comparé Bruxelles l’Européenne à Washington DC pour en faire un district. Et tout le monde - Wallons compris - répercute cette sottise. Ce concept devient vraiment rasoir, vu l’acharnement des francophones à jouer au perroquet. Dans ce district administratif, les habitants n’ont pas les mêmes droits que les autres citoyens des Etats-Unis. Pour commencer, ils ne votent pas. C’est donc bien ce qu’espérait Tobback pour neutraliser Bruxelles !

Et pourquoi ce qu’un Flamand invente est repris par les francophones au lieu de « ville-Etat », comme l’a dit un jour Charles Picqué, ou « ville libre », comme l’a dit il y a déjà longtemps François Perin ?  Or, le vrai exemple à suivre pour Bruxelles est beaucoup plus près de nous. Inutile de traverser un océan ! Il s’agit de Berlin, capitale de l’Allemagne. C’est une ville libre, une ville-Etat, un Land ! Et Bruxelles serait en outre officiellement la capitale de l’Europe ! C’est difficile à capter ?

Il me semble que ce serait le vrai destin de cette ville qui m’est chère et qu’il est grand temps pour le monde francophone de s’intéresser à la question, en tenant compte de ce qu’ont dit un Bruxellois et même un Wallon. Au demeurant, faut-il rappeler que le très respectable professeur de Droit constitutionnel qu’est Francis Delperée a déclaré, à l’émission secouante du 13 décembre 2006 à la télévision, que le terme « district » ne convient pas à Bruxelles ? Alors quoi ?

L’étude du statut de Berlin devrait, dès lors, être confiée à un constitutionnaliste objectif : ses conclusions devraient servir de base à un projet de statut démocratique.

Les commentaires sont fermés.