04/07/2011

LA FLANDRE S'AFFICHE IMPUNEMENT COMME ETAT...

 

Qui peut encore en douter, après la déclaration - la proclamation, pourrait-on dire - de Kris Peeters, ministre-président du gouvernement de la Région flamande ? Qu’a-t-il dit de si ahurissant ? Devant un parterre de journalistes flamands, réunis pour la circonstance,  en marge de la mission économique belge à New York menée par le Prince Philippe, il a fait part de son souhait de rencontrer des chefs d’Etat  en sa fonction de ministre-président de la Flandre. Or, on sait que cette prérogative est réservée au Premier ministre, ainsi le veut l’étiquette diplomatique.

La Flandre présomptueuse n’a que faire de cette étiquette diplomatique. Cette volonté de partager la préséance au haut niveau, il l’a confirmée dans un entretien avec Bernard Demoulin, journaliste du quotidien Le Soir : « … Je trouve tout à fait normal que, dans mes compétences, je puisse rencontrer qui je veux… Il faut concevoir ces compétences de manière adulte. Vous savez, je peux signer des traités avec des Etats, avec l’Unesco. Cela me paraît logique de pouvoir rencontrer des chefs d’Etat… Rien ne s’y oppose dans la Constitution. »

Pourquoi ce besoin - on pourrait dire cette « obsession » - d’affirmer la Flandre comme Etat devant un parterre de journalistes ? L’entité « Belgique » serait-elle abstraite du langage flamand ? Kris Peeters s’en défend. Mais alors, pourquoi ? Ambigüité.

Interrogé par Eric Defet, journaliste du quotidien Le Soir, Rudy Demotte, ministre-président de la Région wallonne estime la « sortie » de Kris Peeters « incompréhensible » d’autant, précise-t-il, « qu’on ne m’a jamais rien interdit… Et je n’ai jamais demandé d’autorisation… Il suffit chaque fois d’informer le Fédéral par loyauté et par courtoisie ». A moins que Kris Peeters, dans son ego démesuré, estime que le Fédéral n’existe plus ! On ne sait…

Mais, voilà, « c’est plus fort qu’elle (la Flandre, ndlr) et elle roule pour elle-même » commente un homme d’affaires flamand. La poussée confédérale en  Flandre explique-t-elle ce type de déclaration surprenante ? Ce serait dès lors naturel !

Mais l’on sait que les représentants de la Flandre ne s’expriment pas pour la galerie. Ils s’expriment dans le sens d’un objectif mûrement réfléchi. Dès lors, la déclaration de Kris Peeters, faite dans un cadre médiatique choisi, anticiperait-elle l’installation transitoire de la « Nouvelle Belgique » de type confédéral, composée de deux Etats-Régions, avant une séparation pure et simple dès le règlement des litiges inhérents à toute séparation ?

Dans ce contexte, les déclarations répétées de l’annexion de Bruxelles à la Flandre ne sont pas innocentes : imposer insidieusement aux instances internationales une image du futur Etat flamand indépendant avec Bruxelles comme capitale administrative ! Le moment venu de la séparation, la Flandre pourra revendiquer devant les instances internationales, sans aucun problème majeur, l’intégration de Bruxelles dans un territoire dont elle aura défini les contours au préalable.

14:45 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kris peeters, unesco, philippe |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.