23/04/2013

A L'HORIZON 2014 : LA FLANDRE HORS N-VA SE POSITIONNE

A L’HORIZON 2014 : LA FLANDRE HORS N-VA SE POSITIONNE

 

A un an des élections de mai 2014, les partis flamands hors N-VA se positionnent : « Le communautaire au rancart. La N-VA, n’en parlons plus ! » . Pilotés par la nouvelle philosophie de Johan Vande Lanotte, SP.A : « La N-VA , Geen commentaar !, ils veulent se montrer zen et s’occuper uniquement du socioéconomique  ; pour eux, « le communautaire, ce n’est pas tout ». Ils laissent le communautaire à la N-VA, premier parti flamand.

 

* Le CD&V, le second parti de Flandre, se présente la « main tendue ». Un CD & V accueillant, ouvert, collaborant, bâtisseur…. Une force positive, une force tranquille. Un parti qui remet au goût du jour, le vieux slogan de son ancien ministre-président Gaston Geens : « Ce que nous faisons nous-mêmes, nous devons le faire mieux  ;  ce que nous faisons ensemble doit être fait autrement ».

Son président actuel, Walter Beke, invite, dans cette optique, les présidents des autres partis flamands à « travailler ensemble oui mais différemment ! ». Un autre visage du front flamand, un visage de coopérant dans le cadre de la nouvelle Belgique issue de la sixième Réforme de l’Etat. Il annonce : « 2014, année des élections, ne sera pas l’année durant laquelle nous allons demander un nouveau tour dans la réforme de l’Etat, mais l’année au cours de laquelle nous allons utiliser les nouveaux moyens et les nouvelles compétences pour une politique encore meilleure en Flandre ». Son Secrétaire d’Etat, Hendrik Bogaert, confirme : « Le centre de gravité a bougé. Il faut donner une chance à cette nouvelle Belgique. C’est une nouvelle période. Maintenant on a un espoir".

 

* L’Open VLD se présente comme un parti qui a retrouvé la sérénité, la confiance en lui-même : un « parti à idées ». Sa nouvelle présidente, Gwendolyn Rutten, s’appuie sur trois piliers :

- Réforme des allocations familiales : attribution de l’allocation la plus élevée au premier enfant

- Réforme des droits de succession : simplification du système sur le modèle du système des donations et des droits d’enregistrement

- Réforme de l’imposition : simplification du système de taxation en utilisant la future économie fiscale comme levier.

 

* Le SP.A emprunte le même chemin de la simplification des institutions dans un esprit de collaboration et non de polarisation. De l’humanité. L’écoute et l’attention à l’autre. Revisitation des fondamentaux.

 

* Groen reste sur sa ligne traditionnelle : Le communautaire ne l’intéresse pas. Son président, Wouter Van Besien, rappelle : « Pour nous, ce qui importe en vue de 2014, c’est le socioéconomique. La N-VA veut privilégier le communautaire, ce n’est pas notre choix. Priorité absolue au socioéconomique ».

 

* L’opinion publique. Le positionnement des partis flamands traditionnels laisse percer un doute parmi l’opinion publique.

Carl Devos, politologue à l’Université de Gand, pense que « la stratégie de Johan Vande Lanotte peut fonctionner à condition qu’elle soit largement appliquée… Mais il me semble impossible que le parti tout entier le fasse… ». Il préfère la position du CD&V : « Le communautaire, ce n’est pas le sujet ».Et il précise : « Si les autres suivent, cela veut dire que les médias, les observateurs ne vont pas faire de l’institutionnel le sujet numéro un. La N-VA se retrouvera seule… ».

Un « si » citoyen.

Ne nous laissons pas berner ; ne soyons ni dupes, ni aveugles ! En coulisses, les trois partis flamands traditionnels soutiennent l’action de la N-VA. La tactique du CD&V, de l’Open Vld et du SP.A est de laisser à la N-VA l’exercice de la pression communautaire sur les Francophones de manière à accélérer la mise en place d’une Belgique confédérale après la consolidation des acquis de la sixième Réforme de l’Etat.

Du côté de la droite flamande, il s’agit de préparer la fusion du CD&V et de la N-VA dans un grand parti social chrétien dominateur de la Confédération par-dessus les frontières des Régions. Du côté libéral et du côté socialiste, il s’agit de se constituer un espace suffisant pour s’accrocher au nouveau parti social-chrétien dominant.

Une entente cordiale entre les trois partis traditionnels flamands et la N-VA. Au demeurant, Ben Weyts, député N-VA, balaie déjà le terrain en appelant les communes du Brabant flamand à ignorer la proposition d’entrer dans une « Communauté métropolitaine » avec Bruxelles, prévue dans la sixième Réforme de l’Etat – qui sera votée par le CD&V, l’Open Vld et le SP.A -.Le député N-VA met en garde ses compatriotes flamands à un « Anschluss de la Wallonie sur Bruxelles », une annexion de Bruxelles par la Wallonie ? Pas question pour la Flandre de lâcher Bruxelles, Bart De Wever le précise sans ambages ; « Je ne lâcherai jamais Bruxelles ».

 

La réplique francophone s’appuiera-t-elle sur le positionnement du député MR, Denis Ducarme : « Nous verrons à la sortie des urnes, mais s’il y a une nouvelle poussée communautaire en Flandre, alors la raison commanderait de constituer UNE GRANDE UNION FRANCOPHONE » ?

Nous voudrions y croire.

 

Le PS et le CDH ne mouftent mot sur l’après élection. Le PS loue le travail en commun avec « Johan ». Chercherait-il à assurer la poursuite de son règne de 25 ans consécutifs au Parlement fédéral ? Le CDH rêverait-il d’entrer dans le nouveau Grand Parti social chrétien ? De son côté, le FDF se fige dans le libéralisme social qui ne veut rien dire. Chercherait-il uniquement à régler ses comptes avec le MR ?

Nous voudrions connaître leur vrai positionnement. En attente d’un messie.

 

Raymond WATRICE

A L'HORIZON 2014 : LA FLANDRE HORS N-VA SE POSITIONNE

A L’HORIZON 2014 : LA FLANDRE HORS N-VA SE POSITIONNE

 

A un an des élections de mai 2014, les partis flamands hors N-VA se positionnent : « Le communautaire au rancart. La N-VA, n’en parlons plus ! » . Pilotés par la nouvelle philosophie de Johan Vande Lanotte, SP.A : « La N-VA , Geen commentaar !, ils veulent se montrer zen et s’occuper uniquement du socioéconomique  ; pour eux, « le communautaire, ce n’est pas tout ». Ils laissent le communautaire à la N-VA, premier parti flamand.

 

* Le CD&V, le second parti de Flandre, se présente la « main tendue ». Un CD & V accueillant, ouvert, collaborant, bâtisseur…. Une force positive, une force tranquille. Un parti qui remet au goût du jour, le vieux slogan de son ancien ministre-président Gaston Geens : « Ce que nous faisons nous-mêmes, nous devons le faire mieux  ;  ce que nous faisons ensemble doit être fait autrement ».

Son président actuel, Walter Beke, invite, dans cette optique, les présidents des autres partis flamands à « travailler ensemble oui mais différemment ! ». Un autre visage du front flamand, un visage de coopérant dans le cadre de la nouvelle Belgique issue de la sixième Réforme de l’Etat. Il annonce : « 2014, année des élections, ne sera pas l’année durant laquelle nous allons demander un nouveau tour dans la réforme de l’Etat, mais l’année au cours de laquelle nous allons utiliser les nouveaux moyens et les nouvelles compétences pour une politique encore meilleure en Flandre ». Son Secrétaire d’Etat, Hendrik Bogaert, confirme : « Le centre de gravité a bougé. Il faut donner une chance à cette nouvelle Belgique. C’est une nouvelle période. Maintenant on a un espoir".

 

* L’Open VLD se présente comme un parti qui a retrouvé la sérénité, la confiance en lui-même : un « parti à idées ». Sa nouvelle présidente, Gwendolyn Rutten, s’appuie sur trois piliers :

- Réforme des allocations familiales : attribution de l’allocation la plus élevée au premier enfant

- Réforme des droits de succession : simplification du système sur le modèle du système des donations et des droits d’enregistrement

- Réforme de l’imposition : simplification du système de taxation en utilisant la future économie fiscale comme levier.

 

* Le SP.A emprunte le même chemin de la simplification des institutions dans un esprit de collaboration et non de polarisation. De l’humanité. L’écoute et l’attention à l’autre. Revisitation des fondamentaux.

 

* Groen reste sur sa ligne traditionnelle : Le communautaire ne l’intéresse pas. Son président, Wouter Van Besien, rappelle : « Pour nous, ce qui importe en vue de 2014, c’est le socioéconomique. La N-VA veut privilégier le communautaire, ce n’est pas notre choix. Priorité absolue au socioéconomique ».

 

* L’opinion publique. Le positionnement des partis flamands traditionnels laisse percer un doute parmi l’opinion publique.

Carl Devos, politologue à l’Université de Gand, pense que « la stratégie de Johan Vande Lanotte peut fonctionner à condition qu’elle soit largement appliquée… Mais il me semble impossible que le parti tout entier le fasse… ». Il préfère la position du CD&V : « Le communautaire, ce n’est pas le sujet ».Et il précise : « Si les autres suivent, cela veut dire que les médias, les observateurs ne vont pas faire de l’institutionnel le sujet numéro un. La N-VA se retrouvera seule… ».

Un « si » citoyen.

Ne nous laissons pas berner ; ne soyons ni dupes, ni aveugles ! En coulisses, les trois partis flamands traditionnels soutiennent l’action de la N-VA. La tactique du CD&V, de l’Open Vld et du SP.A est de laisser à la N-VA l’exercice de la pression communautaire sur les Francophones de manière à accélérer la mise en place d’une Belgique confédérale après la consolidation des acquis de la sixième Réforme de l’Etat.

Du côté de la droite flamande, il s’agit de préparer la fusion du CD&V et de la N-VA dans un grand parti social chrétien dominateur de la Confédération par-dessus les frontières des Régions. Du côté libéral et du côté socialiste, il s’agit de se constituer un espace suffisant pour s’accrocher au nouveau parti social-chrétien dominant.

Une entente cordiale entre les trois partis traditionnels flamands et la N-VA. Au demeurant, Ben Weyts, député N-VA, balaie déjà le terrain en appelant les communes du Brabant flamand à ignorer la proposition d’entrer dans une « Communauté métropolitaine » avec Bruxelles, prévue dans la sixième Réforme de l’Etat – qui sera votée par le CD&V, l’Open Vld et le SP.A -.Le député N-VA met en garde ses compatriotes flamands à un « Anschluss de la Wallonie sur Bruxelles », une annexion de Bruxelles par la Wallonie ? Pas question pour la Flandre de lâcher Bruxelles, Bart De Wever le précise sans ambages ; « Je ne lâcherai jamais Bruxelles ».

 

La réplique francophone s’appuiera-t-elle sur le positionnement du député MR, Denis Ducarme : « Nous verrons à la sortie des urnes, mais s’il y a une nouvelle poussée communautaire en Flandre, alors la raison commanderait de constituer UNE GRANDE UNION FRANCOPHONE » ?

Nous voudrions y croire.

 

Le PS et le CDH ne mouftent mot sur l’après élection. Le PS loue le travail en commun avec « Johan ». Chercherait-il à assurer la poursuite de son règne de 25 ans consécutifs au Parlement fédéral ? Le CDH rêverait-il d’entrer dans le nouveau Grand Parti social chrétien ? De son côté, le FDF se fige dans le libéralisme social qui ne veut rien dire. Chercherait-il uniquement à régler ses comptes avec le MR ?

Nous voudrions connaître leur vrai positionnement. En attente d’un messie.

 

Raymond WATRICE

20/01/2012

L'AUTRE

 

 

Qui a dit : « Ne construisons pas des murs entre les Régions, faisons-les collaborer davantage ? » … Guy Verhofstadt, ancien premier ministre, Open VLD.

 

Pastichons-le : 

 

« Ne bâtissons pas des murets entre les groupements wallons, faisons-les davantage enlier une communauté de projets ».

 

Car

 

« Les piliers de la restauration de la Wallonie et de Bruxelles doivent se construire pour et avec les Wallons et les Bruxellois. Savoir se regarder dans les yeux et se comprendre »

 

Et

 

« S’aimer, c’est regarder dans la même direction ». Saint-Exupéry

 

Méditation

 

Il faut croire en ses rêves ; aller jusqu’au bout pour les réaliser… Travaillons dans la sagesse, l’amour de la langue française.

17/01/2012

le label smilmey décerné au traiteur Nuzzo

  • EVERAETS & CO
Time: 08:10 (GMT+01:00)
Date: 17 January 2012
Sender: EVERAETS & CO
Online Press Release
OPR: http://www.belgamediasupport.be/opr/Le-label-Smiley-decer...

Le label Smiley décerné par l’AFSCA au traiteur NUZZO, une première dans la zone Wall.-Bxl

Le label Smiley décerné par l’AFSCA au traiteur NUZZO, une première dans la zone Wallonie-Bruxelles

Le label Smiley atteste qu’un professionnel, actif dans la chaîne alimentaire, a bien mis en place un système crédible de contrôle de l’hygiène. Depuis l’apparition de ce label en 2004, c’est la première fois qu’un traiteur de la région Wallonie-Bruxelles reçoit ce label.
Le label Smiley décerné par l’AFSCA au traiteur NUZZO, une première dans la zone Wallonie-Bruxelles
Le label Smiley atteste qu’un professionnel, actif dans la chaîne alimentaire, a bien mis en place un système crédible de contrôle de l’hygiène. Depuis l’apparition de ce label en 2004, c’est la première fois qu’un traiteur de la région Wallonie-Bruxelles reçoit ce label.
Ce label Smiley est accordé pour une durée de 3 ans par l’AFSCA (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire). Son objectif est d’informer le consommateur qui verra, dans l’établissement affichant ce label, une garantie de bienveillance en ce qui concerne la sécurité alimentaire.
Créé il y a 4 ans à peine, le traiteur Nuzzo n’est pas peu fier d’obtenir ce sésame et le considère vraiment comme une reconnaissance. Certes, Nuzzo s’est déjà fait une place enviée dans le milieu très fermé des traiteurs haut de gamme… Au départ de son atelier hypermoderne de Fayt-lez-Manage (près de La Louvière), il concocte des mets des plus exclusifs pour des cocktails inoubliables. Parmi ses spécialités, épinglons notamment la praline de foie gras, les billes de melon au jambon de Parme à la mode « moléculaire », le raisin farci de fromage de chèvre parfumé à l’huile d’olives, etc…
Les clients prestigieux se bousculent, la banque nationale, la régie Rossel, le groupe Fiat, Axa, certaines ambassades et bien sûr de nombreuses familles de particuliers séduites par ces événements de bouche.
Une telle réussite est le fruit d’une collaboration réussie… celle d’un talent de cuisinier et de gestionnaires enthousiastes et expérimentés… la famille Sita. Après leur success story dans les produits d’alimentation italienne, les frères Sita ont soutenu Marco de Nuzzo dans la création du « traiteur Nuzzo ».
Mieux, après avoir créé des cuisines ultramodernes, ils ont investi dans un complexe hôtelier disposant de salles pour banquets, mariages et réunions d’entreprises.
A l’occasion de l’attribution de ce label, Marco de Nuzzo invite les journalistes à visiter son atelier de traiteur répondant parfaitement aux normes. Vous y découvrirez les revêtements muraux et de sols spécifiques, les chambres froides spécialement aménagées, les zones de lavage, de stockage, etc…
Vous découvrirez que la production alimentaire de demain, même « artisanale » se devra de répondre à quantité de mesures sécuritaires, en termes d’hygiène, de respect de la chaîne du froid, etc... Vous découvrirez surtout, et c’est là tout le message de Nuzzo, que l’on peut créer, imaginer, surprendre, exploiter les trésors de la nature … tout en respectant nos règlementations.
Le mariage du goût, de la qualité et de la sécurité alimentaire…. Ça vaut bien un Smiley non ?
Pour une visite guidée ou pour en savoir plus sur les activités de Nuzzo, contactez le principal intéressé… Marco de Nuzzo.

0477/72 01 90
www.nuzzo.be  

Personal Contacts:

Mr. Marco de Nuzzo
Phone: 0477/72 01 90
Email: marco@nuzzo.be

10:39 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nuzzo, smiley |  Facebook |

03/01/2012

LES FDF SE METTENT EN ORDRE DE BATAILLE POUR LES COMMUNALES A BRUXELLES ET EN WALLONIE

Selon l'Agence Belga,  les élections communales du 14 octobre prochain constiteront un teste pour l'implantation des Fédéralistes francophones (FDF) en Wallonie, a admis mardi le vicprésident du parti, Bernard Clerfayt, qui ne s'attend pas à ce que sa formation perdre le moindre poste de bourgmestre à Bruxelles.

Selon lui, le FDF devrait pr&ésenter des candidats dans une centaine de communes wallonnes et organisara le dimanche 15 janvier un "congrès communal" à Auderghem pour préparer cette échéance, après celui déjà tenu en novembe dernier à Namur.

 

17:02 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/11/2011

CARREFOUR D'ACTION PARTICIPATIVE : LES QUESTIONS

LES QUESTIONS :

 

Dans l’hypothèse d’un éclatement de la Belgique, le problème est la frontière entre la Wallonie et la Flandre autour de Bruxelles.

  • La délimitation doit-elle se faire par une consultation des populations concernées ?
  • La scission de BHV approuvée par les partis traditionnels n’exclut-elle pas une consultation populaire dans le tracé de la frontière entre la Wallonie et la Flandre ?

 

Mauri Villa

 

Osons demander la vérité ! Osons la créativité ! Osons questionner !

Usons de notre liberté d’expression pour crier notre ras-le-bol des simagrées particratiques du PS, du MR, du CDH et d’Ecolo !

Usons de notre liberté d’expression pour exiger la vérité sur l’état des finances publiques !

Usons de notre liberté d’expression pour réclamer le retour au financement des dépenses de l’Etat par l’émission de bons d’Etat, exempts de précompte mobilier, correspondant aux taux des marchés financiers !

16:22 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, bhv, wallonie, flandre, bruxelles, émission, bons d'etat |  Facebook |

LE FDF SERA-T-IL UN SERVITEUR FIDELE DES CITOYENS ?

C’est une demande pressante des citoyens : le besoin d’analyses de vérité de la situation sociale, économique et financière de nos régions francophones.

Il ne suffit pas d’annoncer que « les surenchères à fort relent électoraliste, entre les partis associés à la négociation gouvernementale, conduisent le pays au bord du précipice, … que ces partis ne renforcent pas les risques liés à la crise économique et financière en privilégiant leurs intérêts partisans sur les exigences de soutien à l’activité économique et à la défense de la zone euro comme le préconise l’Union européenne ». Il faut analyser la situation économique et financière dans la toute grande clarté, dans la vérité pure, avec la simplicité des mots.

Nous attendons du FDF des pistes de gouvernance saines, stimulantes, des actes d’action participative.

Mauri Villa

15:59 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fdf, situation économique, analyses, vérité |  Facebook |