02/06/2010

CLICHES SANS IRENISME...

* Il est quelque chose qui me fait peur, c'est que Bruxelles est la capitale de la partie flamande. = =* Les Flamands vont faire tout leur possible pour chasser le français de Bruxelles comme ils l'ont fait dans les Flandres. Ils veulent Bruxelles en Flandre.= =* Que restera-t-il de notre indépendance ? De quoi l'avenir sera-t-il fait ? Sous quelle domination le Wallon va-t-il être réduit ? Sous celle des Allemands ? Sous celle des Anglais ? Sera-ce sous la domination flamande ? Quel joug économique subirons-nous ? Anglais ? Allemand ? Hollandais ?= =* Les Wallons sont de plus en plus minorisés ? = =* Les Wallons vont financer les avantages sociaux que la Flandre va procurer à sa population.* Les Wallons continuent à subir les lois flamandes promulguées à leur détriment et malgré eux avant la guerre.= =* Wallons et Flamands constituent deux nationalités différentes, deux peuples différents. = =* Les Francophones prennent de plus en plus conscience de ce qu'ils ont été, de ce qu'ils sont et de ce qu'ils peuvent être. = =* Il n'y a pas de frontière entre la France et la Wallonie d'un point de vue culturel. = =* Les Allemands voient dans la terre flamande un prolongement idéal vers les océans. = =* De l'argent, il y en a pour injecter du néerlandais aux enfants dans les écoles. = =* Je te donne de l'argent, tu me donnes des compétences. = =* L'Etat fédéral doit être bâti sur la subsidiarité. = =* Bruxelles humiliée, Bruxelles enchainée, Bruxelles libre. = =* Choisissons l'espoir et non le doute.

16:12 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espoir, france, wallonie, cliches, irenisme, doute, allemands |  Facebook |

11/05/2010

ECOLO SE DIT OUVERT. A QUOI ?...

« Nous restons ouverts pendant les transformations », déclarent les coprésidents de Ecole, Sarah Turine et Jean-Michel Javaux. Ouverts à quoi ? A la transformation de quoi ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Tout dire et ne rien dire à la fois ! Du blabla électoral ? Du verbiage ! De la tromperie électorale, pardi !Une chose est claire, c’est que Ecolo se fiche de l’institutionnel qui touche le droit des gens : celui de vivre dans sa langue et sa culture. Et cela, Olivier Deleuze , le revenant, le dit dans un entretien avec Pierre Bouillon, journaliste, publié dans le quotidien Le Soir du mardi 11 mai 2010 : « … L’institutionnel n’est pas notre tasse de thé. BHV ? C’est important pour les gens qui vivent là. Mais si on en fait l’essentiel… ». Autrement dit : le droit des gens, le droit des Francophones, on s’en f… L’important, c’est l’environnement ; le droit des gens, c’est marginal !Ecolo doit le savoir et il le sait ; il n’y a pas de compromis possible avec les Flamands. Ils sont tous nationalistes et impérialistes ; de la N-VA en passant par la Liste De Decker, Spirit, CD&Vlaams, SP.A, Open VLD, Groen. Une application pure et simple de la doctrine flamande mise au point pendant la Grande Guerre 1914-1918 avec la participation de l’occupant allemand, ce que l’on appelle la « Flämen Politik » dont l’objectif pour les Allemands étaient l’annexion de la Belgique et avoir un accès direct avec les océans, et pour les Flamands, la scission de la Belgique en deux Etats : la Flandre avec Bruxelles comme capitale et la Wallonie centrée sur Namur…Un vasselage de la Wallonie avec l’instauration obligatoire du bilinguisme dans toutes les administrations publiques…Est-ce la volonté de Ecolo ?

30/04/2010

L'HISTOIRE DE LA BELGIQUE : UNE INCROYABLE MANIPULATION MENTALE...

Les Flamands sont dans leur logique teutonne têtue et butée ...<><>Mais la perversion mentale des Frunkeupheunes colonisés, trudalisés est plus aberrante encore !<><>C'est la "logique" des Wallons TSF ("Tout Sauf Français") ... dont un, José Fontaine, sévit sur Vigile !<><>Son dernier article, toujours plus à côté de la plaque, est tellement "compréhensif" vis-à-vis des Flamands qu'il leur abandonne la région de Bruxelles ... sans exiger de référendum pour connaître la volonté des populations ! Il y a tout de même un "léger" problème ...<><>Note pour les Québécois : on ne peut comparer Bruxelles et Montréal sans connaître l'arrière-plan historique.<><>L'anglais gagne du terrain à Montréal dans un contexte de rapport de force écrasant en faveur des Anglophones sur le continent nord-américain.Mais le plus fort est qu'en "Belgique", les Bas-Allemands (Flamands) sont également "majoritaires" ... simplement à cause du découpage archi-artificiel du pays par la Sainte-Alliance, et d'abord par l'Angleterre, après Waterloo. <><>Les Wallons ne sont que des Français empêchés (voir articles joints). Quant à Bruxelles, c'est une ville qui ne s'est développée que dans la perspective d'une "Bourgogne" anti-française, alliée à l'Angleterre comme au temps de Jeanne d'Arc ! Cette ville a toujours, sauf à de rares moments (Louis XIV, Révolution, Napoléon) été aux mains de dynasties anti-françaises ! Elle s'est nourrie d'apports divers, mais n'a rien à voir, directement, avec la Flandre ni avec la Wallonie ! Ni la France, ni la Wallonie, ne sont en aucune manière "responsables" (sic !!! ) d'une "francisation" que les Flamands reprochent aujourd'hui aux Frunkeupheunes de Belgique avec une hargne incroyable ! <><>Il faut comprendre que l'histoire de la "Belgique" est celle d'une incroyable manipulation mentale ... <><>Comme le dit P.-R.-Mélon, si l'Angleterre avait gardé l'Armagnac, de son empire colonial médiéval en France, on trouverait aujourd'hui toutes sortes de sycophantes pour expliquer que "l'Armagnac, ce n'est pas tout à fait la France" ... et peut-être trouveraient-ils à s'exprimer jusque dans "Vigile" ! ...<><>Le problème de fond est que, depuis le Traité de Paris de 1763 et Waterloo (1815), ce sont les Saxons (Anglo- et Continentaux - Allemands et Bas-Allemands, Flamands) qui se partagent le monde, et qui décrètent la "vérité" historique. Et qu'il est grand temps, pour les Français et Francophones, alors que d'autres acteurs relèvent la tête (Chine, Inde, Brésil ...) de reprendre possession de leur propre Histoire ...

19/02/2010

"BITTE,EINSTEIGEN" EN VOITURE, S'IL VOUS PLAIT ! ET PAS EN ANGLAIS...

... Les Allemands, eux aussi, en ont marre de l'anglais, de l'anglais partout, avec tout, dans tout... C'est ce que nous apprend Claude Thayse sur son blogue que nous vous reproduisons ci-après avec son aimable utorisation. + + + La compagnie allemande des chemins de fer a annoncé vouloir renoncer aux anglicismes qui pimentent ses annonces et publicités en réponse de critiques d’usagers et de députés. C’est ainsi que les mots « hotline » (renseignements téléphoniques), « flyer » (brochure), par exemple, seront désormais bannis. + + + Cette nouvelle AFP est importante. (texte complet) <><>Comme je l’écrivais depuis quelques années, les Allemands reviennent de beaucoup plus loin que nous, mais ils pourraient bien rattraper vite, dans le contexte du recouvrement de leur sentiment (orgueil) national… <<<>La Deutsche Bundesbahn serait-elle en avance sur la S.N.C.F. ? (*) <><>Nos luttes associatives françaises, et certains de nos succès (article 2 dans la Constitution, loi Toubon, Aéroports de Lyon…) ont souvent été invoqués comme des modèles à suivre chez eux par nos correspondants allemands du Verein deutsche Sprache<><>A noter que le ministre des Transports a récemment interdit le recours aux anglicismes dans son ministère, bannissant notamment lez « task force » (groupe de travail) et ‘inhouse meetings » (séminaires)… <><>(*) NDLR :Et ne parlons pas des services publics belgeois en pleine acculturation… puisque même la poste dont la langue internationale officielle est le français s’exprime de plus en plus en anglais… quand ce n’est pas carrément du « franglish »… même en Wallonie !

14:08 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : afp, sentiment national, bundesbahn, anglicisme, allemands |  Facebook |