06/05/2013

DE L'ARGENT "FLAMAND" DANS LES RADARS WALLONS TITRE LE QUOTIDIEN LE SOIR DEBUT MAI 2013

DE L’ARGENT « FLAMAND » DANS LES RADARS WALLONS TITRE LE QUOTIDIEN LE SOIR  DEBUT MAI 2013

 

Interrogé par un député N-VA sur le financement partiel des radars wallons par de l’argent flamand, Madame Joëlle Milquet (CDH) Ministre de l’Intérieur, reconnaît le fait. Le Ministre des Travaux public s, Carlo Di Antonio (CDH) , précise que « c’est la police fédérale qui dispose souverainement les radars dans les boîtiers et qui perçoit les amendes. Quant au produit de celles-ci,  il alimente le Fonds fédéral ».

 

Que devient cet argent ?

Cet argent est redistribué aux zones de police locale et à la police fédérale, sans clé de répartition régionale en fonction des besoins et des priorités. Donc une partie de l’argent flamand s’en  va en Wallonie et à Bruxelles. Et ça ne passe pas à la N-VA ! Un député de la N-VA le fait savoir dans une déclaration dans le quotidien flamand  Laatste Nieuws : « Vraiment incroyable » s’insurge le parlementaire flamand.

 

Serait-il permis de nous poser la question : Les députés wallons se sont-ils indignés quand l’argent wallon finançait à pleines mains l’équipement des ports portuaires d’Antwerpen, de Gent et de Zeebrugge, l’amélioration des réseaux maritime et routier de Flandre ?

 

Solidarité nationale où es-tu ?

 

Raymond WATRICE

11/07/2011

EXISTER OU DISPARAITRE

 

Le dilemme posé à la Communauté française de Belgique.

Pendant que la Communauté flamande renforce sa puissance économique, occupe les postes ministériels importants, élargit son espace territorial, trace son infrastructure routière, fluviale et ferroviaire tournée vers l’axe économique Gent, Bruxelles, Antwerpen, Amsterdam, Cologne pour capter le trafic à petit tonnage de la Ruhr, la Communauté française devrait être attentive aux potentialités de développement que véhiculent les décrets français ouvrant les ports français aux géants des mers.

Le trafic maritime de demain ouvre, en particulier, à la Wallonie des possibilités de retrouver la grandeur d’antan sur l’axe économique Ruhr, Liège, Charleroi, Lille, Dunkerque. Seuls les ports français seront accessibles aux navires de haut tonnage. Les ports d’estuaire au tirant d’eau trop faible que sont Antwerpen et Rotterdam ne pourront accueillir ces gros navires marchands. Une opportunité à saisir.

Dans cette perspective, La Wallonie et Bruxelles devraient se rencontrer pour mettre au point un projet de développement de zones conurbation, plus ou moins égales en population, susceptibles de gérer ces ensembles, faisant sens à un rapprochement avec la France en alternative à la poussée flamande de reconstitution de la Grande Néerlande englobant la Wallonie. Exister ou disparaître.

09/06/2011

QUI PEUT MIEUX GERER BRUXELLES ?Titre de la note

QUI PEUT MIEUX GERER BRUXELLES ?

 

Les Flamands, pardi. « Ce que les Flamands font, ils le font très bien », le slogan qui berce la Flandre.

Les Francophones, ce sont des incapables, des ballots, des boulets ! La caricature des Francophones qui circule en Flandre.

Voyons un peu ce que nous révèlent les études de la vie socio-économique des Régions.

L’Inami nous informe que le Belge lui coute en moyenne 2 079 euros par an ; dans le détail, le Bruxellois coute 1 993 euros, le Wallon 2 093 euros et le Flamand 2 113 euros.

Le sociologue flamand, Jan Hertogen, précise que la criminalité est restée quasi stable dans le pays ; dans le détail, elle chute de 12 % à Bruxelles, de 6,1 % en Wallonie et augmente de 4,7 % en Flandre.

Nonobstant ces données, le cliché du Francophone ballot, mauvais gestionnaire, intellectuellement incapable d’apprendre les langues, est bien ancré dans les esprits flamands. Cela irait bien mieux si la Flandre gouvernait totalement la Belgique ! Le Flamand en est parfaitement convaincu. A commencer par Bruxelles !

Pourquoi ne croirait-il pas les patrons du Voka, l’association patronale flamande ? Joignant le geste à la parole, les patrons flamands, proches de la N-VA, parti nationaliste flamand, déménageront d’Anvers en 2 012 pour s’installer à Bruxelles (Brussel). Ils ont la certitude qu’Anvers (Antwerpen) tombera dans le panier de la N-VA à l’issue des élections communales d’octobre 2012.

Maintenant, ils annoncent l’assaut sur Bruxelles, pour qu’elle soit LA capitale de la Flandre ! Leur stratégie : renforcer les liens entre Bruxelles et la Flandre et veiller à la représentation flamande. Comment ? Par le respect strict du bilinguisme, le transfert de compétences des communes vers la Région et des impôts propres pour Bruxelles !

Dans le concret :

-  Renforcer la présence flamande à Bruxelles : « Le statut de la langue flamande doit être respecté dans les faits. Le contrôle et la sanction du non respect du bilinguisme à Bruxelles doivent être renforcés ... Le centre de gravité politique à Bruxelles doit passer des communes vers la Région, via le transfert des compétences concernant l’aménagement du territoire, la mobilité, le logement, etc. Cela ne renforcera pas seulement l’efficacité, mais aussi la participation des politiciens flamands dans la gestion ».

- Promouvoir le rôle de Bruxelles en tant que capitale de la Flandre. Un ministre doit être chargé de cette mission tant en Belgique qu’au niveau international.

- Utiliser le levier financier. Le refinancement de Bruxelles doit passer non pas par l’augmentation de la dotation mais par l’instauration d’un impôt des sociétés bruxelloises propre et par un impôt des personnes physiques propre. Tout simplement.

Que penser ? Aujourd’hui, Bruxelles. Un proche demain, la Wallonie par une installation d’une représentation du Voka à Namur. Nouer d’amicales relations avec le patronat wallon… !

 

14:58 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jan hertogen, voka, antwerpen, anvers, bruxelles, brussel, n-va |  Facebook |

23/08/2008

LE KALEIDOSCOPE CITOYEN - L'OPINION PUBLIQUE...

L'avis des citoyens recueilli dans les médias. +++ • PETITJEAN Robert, par courriel. La patience flamande payante : … Ce que les Flamands ont obtenu est un acquis définitif. Ce que les francophones ont obtenu est toujours négociable… Les Flamands ont voulu le fédéralisme et ils l'ont eu…Ils voulaient engranger un maximum à leur profit aux dépens de la Belgique unitaire : Zeebrugge, modernisation du port d'Antwerpen, autoroutes, réseaux de chemin de fer, parcs industriels peuplés de firmes étrangères grâce à l'activité fébrile des ambassadeurs flamands en surnombre, aéroport national devenu Zaventem une fois payé, bâtiments administratifs, laissant le pays avec une dette record !… Ils savent par expérience que pour engranger un maximum, il faut utiliser la faiblesse des francophones qui accepteront tout pour sauvegarder leur semblant de statu quo… ++ • ITTERBEEK Raymond, résistant, prisonnier politique. La France n'est pas notre patrie : … Avez-vous réfléchi aux conséquences immédiates d'un rattachement du Sud de notre pays à la France ? Mise sur le tapis de dizaines de milliers de fonctionnaires, arrêt du paiement des pensions, des remboursements des frais médicaux, nominations (après des mois aussi) d'autres fonctionnaires, remplacement des bourgmestres, bouleversement des institutions judiciaires, scolaires, syndicales, etc. Une pagaille totale… Nous aimons la France, nous avons de multiples amis français, nous avons combattu deux fois contre ceux qui attaquaient la France, mais la France n'est pas notre patrie… ++ • VANDENABEELE Jacques, ex-professeur à l'école européenne de Bruxelles II. : …Les Wallons et les francophones de Bruxelles sont effrayés de la montée du nationalisme flamand… Depuis la nuit des temps, en fait depuis les invasions germaniques des IVe et Ve siècles, les langues romane et germanique ont toujours cohabité dans nos régions. Ni la Flandre ni la Wallonie n'ont jamais formé un Etat ni une nation… ++• THAYSE Claude, sur le blogue : …Je ne comprends pas le pourquoi des sentiments "mélangés" à l'égard de Bruxelles. Bruxelles n'est-elle pas la seule grande métropole urbaine de Belgique ? N'est-elle pas la capitale économique de la Wallonie ? N'est-elle pas la fenêtre de la Wallonie sur le monde socio-économique ? Les Flamands ont c compris depuis longtemps le rôle majeur que joue Bruxelles dans leur prospérité. C'est pourquoi le Mouvement nationaliste flamand veut Bruxelles. La Flandre multiplie les travaux d'extension du port d'Anvers vers Bruxelles : rehaussement des ponts, tunnel sous l'aéroport de Zaventem, projet Start de construction d'une ville d'affaires aux portes de Zaventem, extension vers la gare de Schaerbeek…. ++