21/08/2009

L'AFFIRMATION DU CARACTERE FLAMAND DE BRUXELLES...

La Flandre tire tous azimuts. Certains d’entre vous s’étonnent et sourient de voir des groupes de Flamands en visites guidées de Bruxelles, en particulier dans le quartier Matonge, le Centre Ville et les communes de la grande ceinture. Ces visites ne sont pas innocentes. En fait, la Flandre cherche à encourager ses concitoyens à venir s’établir à Bruxelles, à reflamandiser Bruxelles, à démontrer le caractère multiculturel de Bruxelles. + + Il y a l’appel lancé aux étudiants de Flandre par Bert Anciaux, Spirit, ministre régional flamand, chargé des Affaires bruxelloises, les invitant à venir s’installer à Bruxelles : « J’entends par là promouvoir la capitale comme ville étudiante ». Astucieusement, il associe la STIB à son opération charme par l’ouverture par celle-ci d’une agence commerciale chargée de délivrer les abonnements à prix réduit. Une initiative du gouvernement flamand qui reçoit le soutien de Pascal Smet, SP.A, ministre de la Mobilité du gouvernement régional bruxellois : « La Région bruxelloise n’est certes pas compétente en la matière, souligne-t-il. L’exécutif bruxellois a décidé certains tarifs préférentiels mais les étudiants du supérieur ne sont pas repris. Mais si la Communauté française décidait d’appliquer une mesure similaire, la STIB pourrait délivrer les mêmes services ». + + Autre astuce flamande : repeindre en gris les trams, les bus et le métro bruxellois, une couleur germanique. Fini le jaune, bien visible. Tout le charroi public sera progressivement gris ! Ainsi le veut, Pascal Smet, SP.A, socialiste flamand, ministre de la Mobilité du gouvernement régional bruxellois. Donner une autre image de Bruxelles est l’obsession des ministres régionaux flamands. Après la peinture grise, Pascal Smet se frotte à la plastique des mots ; il rebaptise les points de vente de la STIB selon leur grandeur : les grands, en « flamanglais » : « Bootik » ; les petits, en flamand : « Kiosk » ; les distributeurs de billets deviennent en anglais : « Go ». + + Brigitte Grouwels, CD&V, ministre régional bruxellois, refuse de lever les astreintes frappant le Fédéral en raison des violations des normes de bruit par les avions ; elle menace de quitter l’exécutif bruxellois entraînant avec elle le CD&V. Dès lors, le Vlaams Blok entrerait au gouvernement bruxellois ! Imbuvable pour les francophones. Conséquemment, on sait désormais et clairement que la Flandre mène Bruxelles par le bout du nez ! + + Si l’on ajoute l’essaimage par les médias flamands de l’idée que Bruxelles n’est pas aussi francophone qu’on le dit, mais est majoritairement d’identité étrangère et flamande, les portes de sa mise sous tutelle par la Flandre s’ouvrent. Bruxelles tombe sous l’empire d’un régime colonial. + + + Une voix dans notre cœur s’élève : Bruxelles humiliée... Mais Bruxelles renaissante... Bruxelles française

19/08/2009

LA SAGA DU VOL "DES COUCOUS" AU-DESSUS DE BRUXELLES

LA SAGA DU « VOL DES COUCOUS » AU-DESSUS DE BRUXELLES...+ + + ... Aura-t-elle une fin ? La saga a commencé le 3 décembre 2003 par l’adoption, en Conseil des Ministres fédéral, avec l’approbation des ministres francophones, du plan de dispersion des vols de nuit sur « l’Oostrand », l’Est de Bruxelles, - densément peuplé par des francophones – du Ministre fédéral de la Mobilité Bert Anciaux, Spirit. Elle continue sous ses successeurs. + + + Le cauchemar des riverains de l’aéroport se poursuit. + + +Les ordonnances du Tribunal de première instance, de la Cour d’appel, de la Cour de cassation de Bruxelles se succèdent depuis 2004... Le 8 mars 2007, l’association Bruxelles Air-Libre peut réclamer 5 000 euros d’astreinte pour chaque infraction aux plafonds sonores bruxellois. En juillet 2007, Actie Noordrand, association des riverains de l’aéroport de Bruxelles-National de la périphérie Nord de Bruxelles, Noordrand, réclame, à son tour, des astreintes et menace de saisir un tableau Pierre Breughel, propriété du Musée des Beaux-Arts, si l’Etat fédéral ne verse pas un premier acompte de 50 000 euros. + + +Selon les études publiées en décembre 2007 dans la revue Environmental Health Prospect et, en février 2008 dans l’European Heart : « Il y aurait un lien de cause à effet entre l’agression d’un bruit important et l’apparition d’une hausse nette de la pression artérielle ». Pour ce qui est plus particulièrement du bruit des avions, Lars Jarup et ses collègues de l’Imperial College de Londres, qui ont participés auxdites études, sont formels : « Nous savons que le bruit généré par le transport aérien était une source d’irritation. Notre étude montre à présent qu’il peut aussi être dommageable pour la santé ».

LA SAGA DU VOL "DES COUCOUS" AU-DESSUS DE BRUXELLES

LA SAGA DU « VOL DES COUCOUS » AU-DESSUS DE BRUXELLES...+ + + ... Aura-t-elle une fin ? La saga a commencé le 3 décembre 2003 par l’adoption, en Conseil des Ministres fédéral, avec l’approbation des ministres francophones, du plan de dispersion des vols de nuit sur « l’Oostrand », l’Est de Bruxelles, - densément peuplé par des francophones – du Ministre fédéral de la Mobilité Bert Anciaux, Spirit. Elle continue sous ses successeurs. + + + Le cauchemar des riverains de l’aéroport se poursuit. + + +Les ordonnances du Tribunal de première instance, de la Cour d’appel, de la Cour de cassation de Bruxelles se succèdent depuis 2004... Le 8 mars 2007, l’association Bruxelles Air-Libre peut réclamer 5 000 euros d’astreinte pour chaque infraction aux plafonds sonores bruxellois. En juillet 2007, Actie Noordrand, association des riverains de l’aéroport de Bruxelles-National de la périphérie Nord de Bruxelles, Noordrand, réclame, à son tour, des astreintes et menace de saisir un tableau Pierre Breughel, propriété du Musée des Beaux-Arts, si l’Etat fédéral ne verse pas un premier acompte de 50 000 euros. + + +Selon les études publiées en décembre 2007 dans la revue Environmental Health Prospect et, en février 2008 dans l’European Heart : « Il y aurait un lien de cause à effet entre l’agression d’un bruit important et l’apparition d’une hausse nette de la pression artérielle ». Pour ce qui est plus particulièrement du bruit des avions, Lars Jarup et ses collègues de l’Imperial College de Londres, qui ont participés auxdites études, sont formels : « Nous savons que le bruit généré par le transport aérien était une source d’irritation. Notre étude montre à présent qu’il peut aussi être dommageable pour la santé ».

26/02/2009

UN REGARD SUR CEUX QUI NOUS GOUVERNENT ...

SP.A Le virus du changement de patronyme a atteint le SP, Socialist Partij, à la même époque que le CVP, Christelijk Vlaams Partij, en septembre 2001. Il a simplement ajouté « A », signifiant « Anders » (Autrement), à son sigle avec un point entre le « P » et le « A » pour le différencier de la boisson gazeuse. Désormais, il s’appelle SP.A. = = Les résultats des régionales du 13 juin 2004 ont été particulièrement décevantes pour le SP.A, Steve Stevaert, président du SP.A, a dû revoir ses prétentions à la baisse et se replier uniquement sur le Parlement flamand ainsi que de se donner un visage de « Flamand bon teint ». Un alignement des socialistes flamands sur le nationalisme flamand consécutivement à son rapprochement de Spirit. = = La piste avait été ouverte par Frank Vandenbroucke, SP.A, ministre régional flamand, qui, sous un air bon enfant, se profile un « bon » Flamand. A cette époque, une autre personnalité SP.A a ravivé les envies du passé de faire la « course » avec le nationalisme flamand : Renaat Landuyt, ministre fédéral de la Mobilité, ministre fédéral de la Mobilité poursuit la politique de Bert Anciaux, Spirit, dans la problématique du survol de Bruxelles par les avions. = = Le jeu du balancier constant de flatter tantôt la gauche, tantôt la droite auquel le SP.A s’adonne, n’enraie pas son déclin ; il dot céder la place de troisième parti flamand au Vlaams Blok. = = Les présidents qui se sont succédé ne sont pas parvenus à arrêter l’érosion de sa clientèle électorale. + + SPIRIT + + La problématique existentielle de Spirit se pose. Sous la présidence de Els Van Weert, Spirit adopté une attitude agressive dès que les questions d’ordre communautaires sont à l’ordre du jour. = =Né en novembre 2001 à la suite de l’éclatement de la Volksunie, Spirit faillit sombrer lorsque son père fondateur, Bert Anciaux, quitta brutalement le gouvernement flamand. Il dut sa survie à son alliance avec le SP.A en mal de reconnaissance sur le terrain politique. = = A ce moment, Bert Anciaux lui redonna un second souffle. Bruxellois de naissance, il n’a de cesse d’abord comme ministre fédéral de la Mobilité , auteur du plan de dispersion des vols au-dessus de Bruxelles, ensuite comme ministre des Sports, de la Culture, de la jeunesse et des affaires bruxelloise, d’avantager outrageusement les intérêts de la Communauté flamande et être un fervent partisan de la scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, BHV, du « respect intégral de la législation linguistique à Bruxelles et de l’abandon des bourgeois francophones de la périphérie à leur sort ». Un langage et une bonne bouille qui plaisent à la jeunesse flamande. = = Qu’adviendra-t-il de ce petit parti dépendant des humeurs versatiles de son père fondateur. Pour l'heure, il se fait muet !

26/12/2007

LA SAGA DES VOLS DE "COUCOUS"...

LA SAGA DES VOLS DE "COUCOUS" AU-DESSUS DE BRUXELLES … - 1er épisode - La Ligue wallonne de la Région de Bruxelles trace en trois épisodes la saga du survol du ciel de Bruxelles par les avions partant et atterrissant de jour et de nuit de/à l'aéroport de Bruxelles-National. La saga trouve sa source dans la volonté de la Flandre de faire supporter par Bruxelles et sa périphérie Est francophone (l'Oostrand) les nuisances sonores des activités de l'aéroport de Zaventem. C’est que la périphérie Nord (le Noordrand) est le fief électoral où habite le ministre de la Mobilité, Bert Anciaux (Volksunie). La volonté flamande de "charger" le ciel de Bruxelles et de sa périphérie Est du trafic aérien a été renforcée par le Plan Start élaboré par Yves Leterme, CD&V, de construire une ville d'affaires à côté de l'aéroport de Bruxelles-National en territoire flamand pour y transférer les sièges des entreprises établis à Bruxelles et réserver ainsi à la Flandre la totalité des recettes fiscales. Vider Bruxelles. - Année 2002 - La saga commence en 2002. Isabelle Durant, Ecolo, ministre des Transports, obtient un accord de la Région bruxelloise et de la Région flamande pour une concentration des vols de nuit sur la périphérie Nord flamande, Noordrand, zone peu peuplée. Les partis flamands rechignent. - Année 2003 - Janvier 2003. – Sous la pression de la Volksunie et surtout d'un certain Bert Anciaux (Volksunie), les partis flamands rompent l'accord. Guy Verhofstadt, VLD, Premier ministre, impose plusieurs corrections d'itinéraires qui soulage la périphérie Nord mais qui impliquent le retour des avions de nuit dans le ciel de la capitale. Isabelle Durant est lâchée par sa collègue Laurette Onkelinx, PS, laquelle ouvre en mai 2003 la "route du canal" dite "route Onkelinx". Isabelle Durant démissionne… -Lire la suite sur le site de la Ligue wallonne de la Région de Bruxelles accessible via www.liguewallonnebruxelles.be