12/01/2010

SPF SANTE : CONSOMMATION DE SEL

COMMUNIQUE DE PRESSE TRANSMIS PAR BELA MEDIA SUPPORT + + +Campagne réduction de la consommation de sel + + Les 12 et 13 janvier, une campagne d’information sur les dangers que représente une trop grande consommation de sel paraîtra dans différents quotidiens nationaux. Le Service Public Fédéral de la Santé Publique, Sécurité de la chaine alimentaire et Environnement, veut ainsi remettre en avant plan la problématique du sel. + + Comme certains d’entre vous le savent, le sel est nuisible à la santé en cas d’excès. Un excès peut conduire notamment à l’hypertension, maladie silencieuse causant des accidents cardio-vasculaires. En Belgique, 2 millions de personnes souffrent d’hypertension et la plupart ne le sait pas. Trop de sel constitue aussi un facteur de risque pour le cancer de l’estomac et l’ostéoporose. En moyenne un belge consomme quotidiennement entre 10 et 12 grammes de sel alors que la quantité maximale recommandée est de 6 grammes par jour! + +Comme 75% du sel que nous ingérons, provient des aliments préparés, le Plan National Nutrition Santé, géré au niveau du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement, travaille avec tous les secteurs concernés comme l'industrie alimentaire, la grande distribution et le secteur HORECA, pour que l’offre alimentaire soit plus pauvre en sel. Mais le consommateur peut aussi prendre part à cette diminution de sel dans son alimentation en optant pour des aliments pauvres en sel. + + En outre, le Plan National Nutrition Santé a invité le secteur du pain à utiliser du sel iodé. Ceci afin de pouvoir diminuer la carence en iode que connaît la population belge. + + Pour informer et convaincre le citoyen de l’intérêt de consommer moins de sel, une campagne d’information avait déjà été lancée en 2009 et s’appuyait sur 3 outils : une brochure, un « salinomètre » et un site internet. La campagne actuelle vise à inciter les citoyens à utiliser ces outils. + +La brochure explique ce qu’est le sel, ses dangers et dans quels produits alimentaires il se trouve. Elle donne aussi des conseils pratiques pour limiter sa consommation de sel. Le « salinomètre » est un petit outil qui permet d’apprécier à quel point un produit alimentaire est salé ou non. Le plus souvent, sur l'étiquette des produits, c’est la teneur en sodium qui est indiquée. Comme il faut la multiplier par 2,5 pour connaître la teneur en sel, le salinomètre aidera le consommateur à faire la conversion. + +Sur le site internet, www.stoplesel.be, l’on retrouve des conseils pratiques, mais aussi des informations spécifiques pour les bébés et les enfants, les mythes qui existent autour du sel, et un petit quiz. Des salinomètres et des brochures peuvent également être commandés via le site. + + +Contact : Olivier.christiaens@health.fgov.be ou 02/524.73.63

14:14 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : consommation, sel, sante, exces, cancer, horeca, spf, nutrition, iode, salinometre |  Facebook |

06/11/2009

HOPITAL ACADEMIQUE ERASME ULB

COMMUNIQUE DE BELGA MEDIA SUPPORT ++++ Naissance d’un second enfant issu d’une greffe d’ovaire +++L’hôpital Erasme et l’hôpital Ambroise Paré sont heureux d’annoncer la naissance d’un second enfant issu d’une greffe d’ovaire dans le cadre du programme de préservation de la fertilité avant traitement anticancéreux, programme mené au laboratoire de recherche en reproduction humaine de l’ULB-Hôpital Erasme.+ + +Cette avancée scientifique a été rendue possible grâce au soutien du FNRS/Télévie et de la Fondation contre le cancer et donc in fine grâce à la solidarité et la contribution généreuse du public. Cette naissance, la 7ème rapportée dans la littérature scientifique, est particulière. En effet, c’est la première fois au monde qu’une même greffe d’ovaire permet la naissance successive de deux enfants chez la même patiente. Comme on dit dans ces circonstances, la mère et l’enfant se portent bien.+ + + Avec cette nouvelle naissance, la préservation de la fertilité avant traitement anticancéreux confirme sa réalité concrète et son applicabilité clinique. Plus que jamais, il faut recommander aux femmes de moins de 35 ans qui vont avoir un traitement de chimiothérapie ou de radiothérapie d’envisager avec leur oncologue et leur gynécologue traitants de recourir à cette technique afin de préserver leurs chances d’agrandir leur famille une fois guéries de leur maladie.+ + + A l’intérieur du réseau des universités de Bruxelles, il s’agit d’une activité collaborative puisqu’une dizaine d’hôpitaux y participant parmi lesquels, outre l’hôpital Erasme, l’Institut Jules Bordet et l’hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola, qui sont les 3 hôpitaux de l’ULB où sont traités la majeure partie des femmes ou des enfants atteints de cancer. Aujourd’hui, 170 patientes ont préservé du tissu ovarien dans le cadre de ce programme. C’est encore trop peu et on peut dire aujourd’hui que beaucoup de femmes pourraient bénéficier de cette nouvelle technique et trouver là un signe d’espoir à un moment particulièrement difficile qui est celui de l’annonce d’une maladie grave nécessitant des traitements lourds et stressant. + + + Cette naissance montre qu’au-delà de ces épreuves, le retour à une vie normale et au bonheur d’une famille est tout a fait possible. + + +Infos : Alain Heselwood = = =Responsable de la communication : 02/555.47.30 - 0477/259646 = = = Personal Contacts: = = = Mr. Alain Heselwood = = Email: Alain.Heselwood@erasme.ulb.ac.be

10/06/2009

INSTITUT JULES BORDET : PORTES OUVERTES...

BELGA MEDIA SUPPORT : COMMUNIQUE DE PRESSE + + + 70 ans de l'Institut Jules Bordet : 70 ans d’avancées créatives en oncologie ! + + + Le dimanche 21 juin 2009, de 10 à 17h, l'Institut Jules Bordet organise des Portes Ouvertes à l'occasion de ses 70 ans. Démonstration des nouvelles technologies, visites guidées, espaces de paroles, vidéos, mini-conférences : venez découvrir comment les équipes de l’Institut Jules Bordet progressent dans leur lutte contre le cancer. L'accent sera mis sur la multidisciplinarité, l'information, l'innovation et l'humanisation. + + + Une brochure historique sera remise aux visiteurs à cette occasion, retraçant les faits marquants depuis 1939. + + + Dès à présent vous pouvez poser vos questions par voie électronique (70ans@bordet.be) sur les problématiques qui vous interpellent (prévention, traitements, recherche, formation, nouvelles technologies etc… ). Les équipes constituées de médecins, d’infirmier-e-s, de psychologues, de techniciens vous répondront sur place lors d'un forum. + + + Accueil : Institut Jules Bordet, 121, boulevard de Waterloo + + + Renseignements: = = Docteur Jean-Benoît BURRION, Directeur Médical Adjoint (0473/74.13.97) = = Martine HAZARD, Communication (0476/22.33.85)

27/04/2009

LA WALLONIE RENAISSANTE...L'EVEIL DE L'ESPERANCE...

Tel est le sentiment de fierté qui vous envahit à l’écoute du message que Rudy Demotte, PS, ministre-président de la Région wallonne et de la Communauté française, au nom du gouvernement PS-CDH, a lancé jeudi 25 avril 2009 dans une projection d’avenir exprimée dans une note d’intention esquissant le plan Marshall version 2.0 : « Un consensus s’est dessiné en Wallonie pour pérenniser et amplifier, sur le long terme, les acquis du plan Marshall, première version. On nous aurait d’autant plus reproché de rester les bras croisés alors que la crise fait rage de tous côtés. La Wallonie a besoin de vision et de stabilité… Le Marshall 2.0 doit être perçu comme un véritable exercice de mobilisation ». + + + Le testament de celui qui s’en va ? Non. C’est l’éveil de l’Espérance en Communauté française de Belgique : l’adoubement de Bruxelles. Un plan Marshall 2.0 qui unira la Wallonie et Bruxelles dans l’amplification de la renaissance de l’Espace Wallonie-Bruxelles. Un regard tourné vers le temps économique dans un concept de « plan actualisé chaque année ». + + + La note d’intention gouvernementale, PS-CDH, souligne le rôle des pôles de compétitivité : « La mise en place des pôles de compétitivité constitue une mesure phare du plan Marshall. Aucun élément ne permet de remettre en cause les choix opérés à leur propos ». Et d’infléchir la réflexion vers la mobilité transfrontalière, notamment vers la France, déjà en place dans la métropole urbaine lilloise, pour faciliter « l’accès à des emplois de qualité qui n’existeraient pas en Wallonie »… Et à Bruxelles. + + + Le mérite de la note d’intention gouvernementale est de nous plonger dans une vision d’avenir aux inflexions nouvelles : « Tout le monde nous a demandé d’anticiper le suite et d’amplifier l’effort », appuie Jean-Claude Marcourt, PS, ministre régional de l’Economie et de l’Emploi. + + + Chose faite ! L’Espérance ! Mais un doute, ce cancer de la pensée, nous envahit. Si la note gouvernementale PS-CDH n’était qu’une supercherie pour masquer l’inflexion de la Wallonie à sa dilution dans la nouvelle entité économique, qui se constituera en 2011, dès après les élections législatives et qui sera composée des Pays-Bas, de la Flandre, du Grand-Duché de Luxembourg, du land allemand de Rhénanie-du-Nord-Wesphalie, dominée par une langue germanique ? Une réalisation d’un des objectifs de la Flamenpolitik appliqué par l’Allemagne durant l’occupation en 1914-1918 ! + + + Remémorons-nous les inquiétants propos tenus par Rudy Demotte, PS, au début de sa présidence du gouvernement wallon, le 13 septembre 2007 lors de la présentation à la presse francophones et… flamande, des mesures « d’ajustement » du plan Marshall 1.0 : « Nous allons imposer, dit Rudy Demotte, qu’en matière d’immersion linguistique, les décisions soient prises de manière absolument prioritaire en faveur de l’apprentissage du néerlandais au détriment de destinations plus prisées en Angleterre ou aux Etats-Unis ». Le bilinguisme imposé en Wallonie. + + + Pas un parlementaire wallon, pas un parlementaire francophone bruxellois m’ont marqué leur réprobation à ces propos de soumission au Mouvement flamand. Que pourrait penser Jules Destrée de l’imposition de la connaissance du flamand, lui qui combattant avec détermination ce qu’il appelait le « bilinguisme obligé ». + + + Ouvrons-nous cependant à l’Espérance ! C’est la confiance, c’est la certitude que ce qu’on demande, que ce qu’on désire ; que ce qu’on attend, se réalisera.