02/10/2009

LE CARNET DE PIPELETTE...

• Le français menacé. + + +Le Taal Actie Komitee, TAK, a « fêté » à sa manière le 1000e jour du blocage de la nomination des bourgmestres francophones de Linkebeek, Crainhem et Wezembeek-Oppem, par le gouvernement régional flamand, en allumant 1000 bougies dans le hall d’entrée de la maison communale – la mairie – de Linkebeek où se tenait la réunion du conseil communal. Celle-ci s’est tenue à huis clos, sous la garde de la gendarmerie, en présence des seuls conseillers communaux francophones. Le comble : la réunion a dû se tenir en néerlandais !Tel est le sort du français en Belgique. Vocation à l’extinction par la violence (en zone flamande) et par la mystification (en zone française). <><>• Après les briques, les tuiles. + + + « Juste après les élections », constate Hervé Jamar, député régional M R, le gel de la dotation du Fonds wallon du Logement. La Société wallonne du Logement social, SWCS, vient justement d’être invitée par le gouvernement wallon à ne plus accepter de dossiers en 2009, et à reprendre l’octroi de crédits, en 2010, dans un cadre limité à 100 % de la valeur du bien acheté au lieu de 125 % jusqu’à présent ! <><>Adieu logement, bonjour Perette ! <><>Et ce n’est pas tout ! L’écoprêt à taux 0 %, lancé au printemps dernier – avant les élections – est sous la menace d’une limitation du nombre de dossiers à traiter par an, ou d’une restriction à une certaine catégorie de revenu ! <><>Et ce n’est pas tout ! Le Prêt Tremplin, qui vient de succéder cette année 2009 au Prêt Jeunes, ne serait plus accordé qu’à un certain public ! <><>Le Cabinet du ministre wallon du Logement, Jean-Marc Nollet, Ecolo, bien embarrassé, marmonne qu’il « étudie la possibilité de puiser dans les réserves – s’il y en a – du Fonds wallon du Logement et de travailler sur la base d’une enveloppe mensuelle préétablie. Le chiffre, susurre-t-il, dépend de l’arbitrage budgétaire. On veut éviter que tout l’argent ne soit dépensé au bout de six mois. Et le solde sera reporté d’un trimestre à l’autre ».<><>La tuile verte !

16/09/2009

LES AVOIRS BANCAIRES DANS LE COLLIMATEUR DES SOCIALISTES ET DES ECOLOGISTES...

Haro sur les banques, c’est le cri de guerre du PS et de Ecolo ! <><>L’amplitude de la déclaration de Laurette Onkelinx, PS, Vice-Première ministre, en aout dernier : « Les banques paieront aussi la rigueur » par Elio Di Rupo, président du PS : « Se servir des actifs bancaires » prend la forme d’un tsunami ; il déclare que les réserves des banques estimées à 1 250 milliards d ‘euros « peuvent servir à constituer une réserve financière en cas d’un nouveau krach et peuvent servir à renflouer le budget fédéral en mal de 25 milliards ». + + + Deux économistes, et non des moindres, Etienne de Callatay, chief economist à la Banque Degroof, et Eric De Keulenaere, professeur d’économie à l’Institut Solvay, ULB, sont d’accord que les banques participent à l’effort général. Il est vrai que le trou est béant. Herman Van Rompuy, CD&V, Premier ministre, vient de déclarer : « L’effort qui nous attend ? Le double de celui accompli au moment du plan global ». Il parle en connaissance de cause ; il était ministre du budget dans le gouvernement de Jean-Luc Dehaene en 1993. La Commission européenne avait entériné une kyrielle de recommandations : une dette publique inférieure à 60 % du PIB, un déficit limité à 3 %, et une inflation maximale de 2 %. Jean-Luc Dehaene sortit un plan global pour l’emploi, la compétitivité et la Sécurité sociale. <><>Ca a fait mal ! C’est au forceps que la Belgique s’en est sortie ! <><>C’est très normalement que les deux économistes prennent une position positive à l’égard de la proposition socialiste. <><>Etienne de Gallatay : « Après ce que nous avons vécu un effort spécifique de la part du monde financier me semble tout à fait indiqué, pourvu que ce ne soit pas une action « punitive » en quelque sorte, mais que l’on cherche tout simplement à créer des recettes pour l’Etat, et qu’en plus, cela ait une vertu préventive, puisque l’on poursuivrait un objectif de prudence vis-à-vis de l’avenir ». <><>Eric De Keuleneer : « ... Une sorte d’organisme d’assurance financé par les banques... géré totalement par l’Etat... Pourquoi pas par la Banque nationale ? ... Si le gouvernement fait ce genre de choses, il doit veiller aussi à ce que les banques ne répercutent pas finalement le poids de l’effort qui leur est demandé sure les tarifs qu’elles pratiquent, auprès de leurs clients, notamment sur les taux des livrets d’épargne. Attention donc à cet effet retour ».<><>Ecolo, à son tour, entre dans la danse. Jean-Marc Nollet, Vice ministre-président du gouvernement wallon, y d’une déclaration musclée : « On sent bien que le Fédéral est tenté par ce scénario où il se met volontairement à l’aise. Je ne suis pas d’accord. Mon message au Fédéral est clair : Ce n’est pas aux écoles à renflouer les banques... L’enjeu est aussi simple que ça : si le Fédéral serre les cordons des entités fédérées, il est clair que les écoles, mais aussi les autres secteurs gérés par la Communauté française comme par la Région wallonne, vont souffrir au-delà du soutenable. Ce n’est pas acceptable ». <><>De la musculation, c’est parfait. Mais si c’est dire pour ne rien dire, ne rien faire, pour faire du show... Alors... taisez-vous !

14/09/2009

PIPELETTE : SES PAPOTAGES ...

Tu sais Souricette : <><>- Richard Miller, M R, député wallon, échevin à Mons, désire ne pas aller au confessionnal : « Pas de contrition, dit-il, ... Je continue à penser... Je continue à croire que ce n’est pas en faisant du slam avec les mots « durable », « économie verte », « nouvelle gouvernance », « accommodements raisonnables »... que l’on remettra la Wallonie et Bruxelles sur le chemin de la prospérité... ». Il donne un coup de crosse, au passage, aux écolos : « ... De nouveau, ils se sont satisfaits du confort huileux des échappatoires : « une étude sera réalisée à ce sujet »... » <><>- Ecolo, amoureux du luxe ? Peut-être bien qu’oui ! Quoi qu’il en soit, Jean-Marc Nollet, Ecolo, nouveau ministre régional wallon, a exigé d’occuper le « superbe » cabinet de Jean-Claude Marcourt, PS, ce qui a obligé celui-ci à déménager au cabinet de Michel Daerden (parti au Fédéral). D’où pas mal d’euros dépensés ! En période de crise financière, au moment où l’on entend de partout qu’il faudra serrer la ceinture, on s’étonne qu’Ecolo satisfait certaines exigences couteuses. Jean-Claude Marcourt, PS, ne se fait pas faute de souligner que ces déménagement et emménagement ont eu « un cout au minimum deux fois plus important que si le ministre de l’Economie était resté dans ses locaux... ».<><>Eh bien, Souricette, c’est ainsi. Une fois que l’on prend du galon, il faut élargir le col : le cou gonfle, gonfle... Les beaux principes s’en vont aux enfers... Mais oui, Pipelette : Ainsi sont faits les hommes ! Vaniteux !

17/08/2009

LES CABINETS DES MINISTRES WALLON ET/OU DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE...

... Une double Administration ! C’est la gouvernance « à la belge ». Le transfert couru de fonctionnaires vers les Cabinets ? Le passage obligé pour une promotion dans l’Administration ? Des questions et un tas d’autres que se pose Spip, notre petit écureuil ardennais. + +En réponse, Jean-Marc Nollet, Ecolo, ministre régional, souligne : « L’objectif est de travailler davantage en confiance et en collaboration avec l’Administration ». Mais, une administration vidée de ses agents ! + + Pourquoi faut-il des Cabinets à taille démesurée ? Il est permis aussi de se demander pourquoi la Région et/ou la Communauté française se dotent de 11 ministres pour une population de 3 millions d’habitants alors que la Flandre se limite à 9 ministres pour une population de 6 millions d’habitants ? Et nous nous arrêterons à cette comparaison avec la Flandre. Cela énerve ! + + +Le PS et Ecolo reconnaissent l’ampleur des Cabinets ministériels. Le porte-parole de Rudy Demotte, PS, ministre-président de la Région wallonne et de la Communauté française, admet : « Le fait que nous soyons plus nombreux qu’en Flandre est incontestable mais pas inéluctable ». Ecolo, le soi-disant champion de la chasse aux abus, renchérit : « On peut aller plus loin ». Ils nous affirmeront, sans rire, que « c’est pour mieux gérer la Wallonie et la Communauté française ». + + Mais, pourquoi, s’interroge Spip, notre petit écureuil ardennais, lorsqu’ils sont dans l’opposition – c’était le cas de Ecolo dans la législature précédente – critiquent-ils la gestion de leur Région et de leur Communauté ?