06/05/2013

LES VISEES FLAMANDES VONT-ELLES S'ETENDRE SUR LE NORD DE LA GAULE ?

LES VISEES FLAMANDES VONT-ELLES S’ETENDRE SUR LE NORD DE LA GAULE ?

 

Le quotidien Le Soir du week-end des samedi 27 et dimanche 28 octobre 2012 nous a livré une des vannes coutumières de la N-VA venant de Lille Métropole Communauté urbaine : l’indignation de deux ministres N-VA , Geert Bourgeois et Philippe Muyters, à propos de l’apprentissage de la langue française aux joueurs du club de football de Kortrijk qui ne connaissent pas le français. Les deux ministres de la N-VA estiment la décision du club courtraisien comme étant un « très mauvais signal ».

« Je ne comprends pas cette décision, dit Geert Bourgeois, Au lieu de cours de français, le club devrait offrir une immersion linguistique en néerlandais aux joueurs qui ne le parlent pas ». Philippe Muyters enchaîne : Je voudrais voir grandir chez les dirigeants de nos clubs une mentalité dans laquelle la connaissance du néerlandais est une évidence ».

Les deux ministres flamands s’indignent mais ils ne demandent pas l’interdiction de l’apprentissage du français ! Comprenne qui pourra ! Faut-il faire une liaison avec le fait que Kortrijk (Courtrai) fait partie de Lille Métropole Communauté urbaine dont la présidente est Martine Aubry, maire de Lille (France) ? Plus prosaïquement, la N-VA aurait-elle des visées cachées de reflamandisation sur la Région Nord-Pas-de-Calais en laissant se développer un bilinguisme flamand-français au sein des clubs sportifs ?

Il est vrai que la N-VA connaît bien l’Histoire ! Son président, Bart De Wever, historien, actuel bourgmestre d’Antwerpen (Anvers), sait, sans nul doute, que la christianisation du Nord de la Gaule, aux temps mérovingiens, y a favorisé l’expansion d’une langue romane au sein des évêchés de Tournai et de Cambrai. Cela dura quelques siècles.

A la suite d’une demande de la population en forte expansion, un nouveau diocèse, détaché de l’évêché de Tournai, fut fondé en octobre 1913 : le diocèse de Lille. Il s’étend du littoral dunkerquois à Baisieux, en passant par les Flandres, soit les arrondissements de Lille, Dunkerque et Hazebrouck. Il ne manque pas d’intérêt politique pour le parti nationaliste flamand, notamment celui d’être une des trois capitales religieuses de France avec Paris et Lyon. De plus une reflamandisation larvée des Flandres françaises n’est pas sans intérêts pour Anvers, poumon de l’Etat flamand en formation et verrou portuaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Au demeurant, la bilinguisation des rues lilloises est en cours !

 

Raymond WATRICE

10/12/2010

Titre de la noteCONNAÎTRE LYON

Des cadeaux par milliers

Village. Perrache et sa gare et depuis plus de quinze ans son Marché de Noël. Organisé par le Comité de promotion des produits agro-alimentaires de Rhöne-Alpes (R3AP), il fait désormais partie du paysage des fêtes de fin d’année.

Chaque année, on retrouve avec plaisir ses 140 chalets illuminés et ses santons, sapins, bougies, jeux et jouets, décorations, gourmandises et mets hivernaux. C’est l’événement par excellence qui permet de faire vivre aux enfants la féerie de Noël. Chaque jour, ils peuvent rendre visite au Père Noël dans sa maison et assister à des animations gratuites. Pour 2010, chants, danses, musique sacrée, chorale, country, jongleurs, peluches géantes, maquillage de fête et week-end Guignol. Noël oblige, la solidarité est de mise avec l’accueil sur cette édition de trois associations caritatives, le Secours catholique, l’Association des chiens d’aveugles et le Rotary club.

Heureux Noël à tous.

Place Carnot, jusqu’au 24 décembre, chaque jour de 10h30 à 20h, nocturne le samedi jusqu’à 22 h.

 

C’est arrivé « aujourd’hui »

Saisissant. Il est désormais possible, chaque jour, de savoir en un clic ce qui s’est passé d’important à Lyon le même jour… entre 51 av JC et septembre 1944 !

Sur le site Internet des Archives municipales, 8 000 événements lyonnais de toute nature sont en effet disponibles grâce à la base de données Henri Hours, du nom du fichier manuscrit constitué entre 1959 et 1966 par l’archiviste paléographe alors en charge de l’institution.

Complétés d’ici à la fin de l’année par les événements des 40 dernières années, ceux « du jour » (une bonne vingtaine) apparaissent immédiatement à partir du lien ci-dessous sans que l’internaute ait à effectuer la moindre recherche.

Encore une belle innovation technologique des Archives municipales de Lyon pour rendre notre patrimoine historique toujours plus accessible.

http://www.archives-lyon.fr/static/archives/basehours/

Source :Lyoncitoyen n° 91, décembre 2010, Mairie de Lyon.

 

 

07/07/2010

LA PAUSE ESTIVALE DU MAIRE DE LYON GERARD COLLOMB...

Source : Editorial publié dans Lyon Citoyen juillet-aout 2010, n° 87 + + " C'est l'été pour tous. Mais il n'est pas le même pour chacun. Quand les uns aspirent à faire la pause, d'autres s'en inquiètent. Entre ceux qui partent et ceux qui restent, l'écart des proportions se resserre? Que durant cette période, Lyon demeure une ville animée, agréable, vivante est une aspiration à laquelle notre collectivité doit répondre. Nous y consacrons chaque année toujours plus d'énergie et de moyens. Et cet effort est amplement justifié : plus de 80 000 entrées en 2009 aux rendez-vous artistiques gratuits de "Tout l'monde de-hors" ; près de 5 000 enfants inscrits aux centres de loisirs Divertisport et autant de jeunes aux activités qui leur sont proposées sur une palette de plus en plus large. Mais les chiffres ne disent pas tout. + + Au coude à coude avec les associations à vocation culturelle et sociale, les services municipaux affinent et élargissent leur action du champ collectif à celui des personnes. Car en cette période estivale, le risque pour les Lyonnais isolés est de l'être plus encore que durant l'année active. A leur intention, le Plan Canicule et le dispositif Bon voisinage sont activés. A tout moment, il est possible à nos équipes de contacter chaque personne inscrite et si nécessaire, de lui rendre visite. Mais pour être pleinement efficace, cette action de la collectivité doit être relayée par l'initiative citoyenne. + +Aussi, je renouvelle mon appel à la solidarité active de chacun. Soyons attentifs à nos voisins isolés. Prenons les devants. N'attendons pas d'être sollicités ou inquiets d'une longue absence.Nous n'en serons que plus sereins pour profiter de l'offre quotidienne de loisirs et de détente que propose à tous l'été lyonnais, en une période où la sécurité est renforcée, tant pour offrir plus de tranquillité à ceux qui restent que pour veiller sur les habitations de ceux qui partent. Bonnes vacances à toutes et à tous ".

15:10 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plan canicule, divertisport, lyon, gerard collomb |  Facebook |

09/06/2010

L'APPEL DE LYON

Message réexpédier. Source : Blogue-note Claude Thayse = = =L'Appel de Lyon... + +Je vous prie de bien vouloir trouver ici, de la part du Recteur Michel Guillou et de ma part, l'Appel de Lyon qui a été lancé à l'issue des Dixièmes Entretiens de la Francophonie qui se sont déroulés à Lyon les 27 et 28 mai dernier à l’occasion du dixième anniversaire de la création, dans l’Université de Lyon3 Jean Moulin, de l’Institut pour l’Etude de la Francophonie et de la Mondialisation. + + + Cet appel solennel et vigoureux, lancé en présence de quelque 300 personnalités françaises, québécoises, belges, maghrébines, africaines, vietnamiennes, etc. présentes (dont MM. Abdou Diouf, le Sherpa Jean-Pierre Raffarin, le Sénateur Jacques Legendre, Philippe Péjo, Christian Philip, Claude Hagège, le Président de la Région Rhône-Alpes…), dans la conscience dramatique d’un tournant et de la nécessité d’un sursaut puissant, est adressé aux gouvernants, élites et media de la France et des pays francophone, ainsi qu’aux responsables de l’OIF. + + + Albert Salon, docteur d’Etat ès lettres, ancien Ambassadeur, président d’ « Avenir de la langue française » et du FFI-France. + + +PS : Voici, à toutes fins utiles, l’adresse de l’Institut pour l'Etude de la Francophonie et de la Mondialisation : 1, rue de l'Université BP 0638 + + 69239 Lyon Cedex 02 + +Téléphone : (33) 4 26 31 85 37 + + + Télécopie : (33) 4 78 78 73 74 + + +courriel : julie.picard@univ-lyon3.fr + + +www.iframond.com

14:27 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : michel guillou, lyon, appel de lyon, francophonie |  Facebook |

06/01/2010

EDITORIAL DE GERARD COLLOMB, MAIRE DE LYON…

LA BASE DU SOMMET + + + Après le sommet de Copenhague, les grandes agglomérations peuvent se dire qu’elles ont bien fait, elles, de prendre leurs responsabilités. <><>Sources importantes d’émission de gaz à effet de serre (GES), les aires urbaines sont aussi le territoire et l’échelle pour conduire collégialement les actions nécessaires à leur réduction. Actions que le Grand Lyon et la Ville ont engagées depuis plusieurs années, comme d’autres métropoles en Europe et, fort heureusement, dans le monde. De sorte que dès 2005, notre agglomération a pu se fixer de nouveaux objectifs en adéquation avec ceux de l’Europe. <><>Depuis lors, le Grand Lyon s’est doté d’un Plan climat dont la première étape, le diagnostic, est prêt. Il met en lumière la responsabilité partagée de la collectivité, de nos entreprises et de nos concitoyens. Nous savions tous désormais qu’il n’y a pas de responsabilité unique, ni de solution unique. Et qu’il faut jouer collectif. Aussi nous travaillons à la deuxième étape de notre Plan, la gouvernance, qui va permettre, à l’échelle de la métropole, ce que le sommet de Copenhague n’a pas pu concrétiser à l’échelle mondiale : travailler collectivement, de façon cohérente et équitable, pour repenser nos modes de vie, de déplacement, de production et de consommation. <><>Abordons cette perspective comme un défi exaltant à relever ensemble, non comme une ère de contraintes. Faisons de cette démarche partenariale une source de libertés et de solidarités. Et de l’urgence, un stimulant pour la créativité et l’innovation. Toutes choses qui auraient dû être à la base du Sommet. Cette base que chacune et chacun, en tant que citoyen d’une grande agglomération responsable, nous représentons. <><>Ainsi 2010 est une année charnière de notre action commune pour la préservation du climat. Rassemblés autour d’une cause, qui doit nous inspirer espoir et enthousiasme, il nous est impossible de régresser. Pour notre futur, celui de nos enfants, nous ne pouvons, nous ne devons que progresser. Voilà de quoi passer outre la morosité ambiante, dépasser nos difficultés du moment, aider ceux qui les subissent le plus durement à les surmonter pour qu’ils prennent leur part de cette grande cause. + + + Lyon citoyen, n° 81 janvier 2010, mensuel édité par la Ville de Lyon. Site : www.lyon.fr Courriel : lyoncitoyen@mairie-lyons.fr

15:58 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, sommet, plan climat, copenhague, collectif |  Facebook |

14/12/2009

LYON : L'EQUITABLE SUR LA VILLE...

Mutation. <><>Ceux qui avaient cru déceler une passade écolo-bobo ont revu leur jugement. La consommation responsable est en train de devenir un secteur économique à part entière. Petite, la part. Pour l’instant : car de plus en plus , on achète équitable et durable comme on allait autrefois chez l’épicier du coin. Dans ce champ qui s’élargit à vue d’œil, Lyon a pris de l’avance. <><>Paris, Porte de Versailles, le 18 novembre, Guylaine Gouzou-Testud, adjointe au maire déléguée à l’Economie sociale et solidaire et au Développement durable, reçoit pour la Ville de Lyon le prix « Territoires de commerce équitable ». Dans les pensées de l’élue défilent en une seconde huit ans d’obstination. Et de nouveaux projets pour la suite. « Le commerce équitable, et plus largement la consommation responsable, était une tendance qui avait un mal de chien à décoller, explique-t-elle ; désormais, c’est un secteur économique innovant en croissance. La collectivité se doit de le soutenir, notamment en période de crise économique et environnementales ». Ce qu’elle fait.<><>Essor <><>Très vite, la Ville de Lyon passe trois marchés de produits équitables : quinoa pour les restaurants scolaires, café et jus de fruit pour les réceptions officielles, quinoa, sucre, jus d’orange et riz pour crèches. C’est une amorce. Dès 2002, commence un long travail de soutien et de « réseautage » des acteurs lyonnais du commerce équitable comme des « circuits courts de distribution », du tourisme durable, de la finance éthique, des transports alternatifs, des coopératives d’activité et d’emploi, des épiceries sociales et solidaires. En mai, la « Quinzaine du commerce équitable » gagne en visibilité. Le marché place Jutard est créé dans la foulée. En octobre 2009, Lyon accueille pour sa deuxième édition à la demande des organisateurs, ld salon européen du commerce équitable… Dans l’opinion, la mayonnaise prend d’autant plus qu’à l’équitable s’associe le durable qui invite le citadin à se fournir localement en produits qui ne nécessitent pas d’être importés. « Au départ, nous allions au-devant des militants, se souvient Catherine Laloy, maintenant, nous honorons 150 commandes de paniers de saison par semaine »…<><>Projets <><>Pour Guylaine Gouzou-Testud, adjointe au maire : « la labellisation s’inscrit dans une démarche de progrès globale qui est comprise ; en un mois nous avons reçu 120 dossiers émanant aussi bien de boutiques que d’institutions, crèches, hôpitaux et même du grand parc de Miribel-Jonage … Nous allons lancer dès 2010 un appel à projets à la fois pour établir des partenariats conso-responsables avec les institutions et associations travaillant avec la Ville et pour booster la commande publique ».<><>L’équitable est aussi social <><>La dimension sociale du commerce équitable est bien sûr dans le respect des producteurs et la garantie de leur assurer un juste revenu. En réalité, elle est active d’un bout à l’autre de la chaîne de production et de distribution. « L’utilité sociale fait le lien entre l’individuel et le collectif, entre le projet et le territoire, entre l’économique et l’environnemental, entre le social et le communautaire. Elle apporte une plus-value de transformation sociale, prend en compte les publics fragilisés, contribue à la cohésion sociale et renforce l’autonomie des personnes ».Pourquoi ne pas aller passer un week-end ou une semaine à Lyon ? Une Ville pleine de surprises.

15:17 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lyon, mutation, essor, reseautage, equitable |  Facebook |

04/11/2009

CULTURE : NOUVELLES GENERATIONS...

Dans son éditorial, publié dans le magazine Lyon Citoyen n° 79 novembre 2009, le Maire de Lyon, Gérard Collomb, PS, souligne la valeur de l’humilité qu’inspire la conscience du temps qui passe. Il invite les jeunes Lyonnais atteignant l’âge de la majorité en 2009 à une réception à la Mairie de Lyon. <><>« La conscience du temps qui passe doit inspirer aussi notre rapport avec la culture, souligne Gérard Collomb. Lecteur, visiteur, auditeur, spectateur ou pratiquant en puissance, il n’est jamais trop tard ni trop tôt pour franchir ce pas vers la culture que la collectivité s’efforce de rendre toujours plus aisé à tous. Créateur, acteur culturel confirmé ou émergent, rien en la matière n’est jamais acquis, ni dû. Le renouvellement, l’humilité, devant l’éphémère, entre ceux qui nous ont précédés et ceux qui nous succéderont sont indissociables de la création artistique. Là encore, pensons aux générations à venir. Ils sont en droit d’attendre qu’à leur tour ils puissent donner libre cours à leur créativité et se voir léguer un patrimoine préservé »...<><>Aujourd’hui, la culture est partout. Et le sens du mot est large. La ville la répand. Internet la propulse. Et voilà que ceux que l’on croyait hermétiques, « muséo-phobiques », en produisent. Reste qu’elle n’est jamais assez proche. Et qu’il faut sans cesse songer à la relève faute de quoi elle dépérit. <><>Le postulat est assez subtil : « Une ville sans culture, on la fuit ; la culture, c’est l’épanouissement, le rayonnement ; c’est aussi une activité d’échanges qui a un impact économique ; le rôle du politique est donc de veiller à ce que l’économie ne soit pas le seul régulateur ». Pour l’adjoint à la Culture (échevin, ndlr) de la Ville de Lyon, Georges Képénékian : « c’est la création qui est le moteur de la vie culturelle....Alors, l’aide à la jeune génération est l’une de nos priorités, il faut alimenter l’entrée dans la chaine, toujours préparer le renouvellement, assurer une économie qui garantisse l’avenir même si tout n’est pas pérenne ».

15:51 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, gerard collomb, lyon, humilite, culture, generations |  Facebook |