13/09/2010

N'OUBLIONS PAS ...

N'OUBLIONS PAS …

 

Dans son discours prononcé à l'occasion de la Fête de la Communauté française, Madame Marie Arena, ministre-présidente de la Communauté française, déclarait le 27 septembre 2006 que "le lien qui fonde la Communauté française entre Wallons et Bruxellois se matérialise par des mécanismes de collaborations constants, de partenariats, de synergies avec les Régions wallonne et bruxelloise. Ces principes de coopération …prennent vie … également par le soutien à l'immersion linguistique… Notre objectif est de permettre chaque année à 1 000 jeunes de vivre une immersion linguistique pendant dix mois, notamment dans des établissements de la Communauté flamande … La volonté partagée des Francophones de se construire un destin commun (avec la Flandre,  ndlr) se concrétise par des actes".

L'enfance et la jeunesse d'expression française flamandisées par une volonté de ne pas déplaire au "Lion flamand". Les préparer à passer sous l'autorité de la Flandre en douce !

"Quand je songe, disait Paul-Henri Spaak, à ce qui est arrivé aux minorités francophones de Flandre, à celles des communes de la périphérie, quand je songe au "Walen buiten" à Louvain (Leuven), j'en viens à me demander ce qui arrivera aux francophones de Bruxelles, quel sort on leur réservera lorsque, s'appuyant sur une majorité flamande dans le pays, on voudra tirer toutes les conclusions d'une théorie si souvent appliquée, où les droits de l'homme ont été sacrifiés au droit du sol".

14:58 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paul-henri spaak, walen buiten, marie arena, minorites |  Facebook |

08/09/2010

UN APPEL DU BOURGMESTRE DE WEZEMBEEK-OPPEM …

 

François van Hoobrouck, bourgmestre de Wezembeek-Oppem, lance un appel désespéré dans une motion votée par son conseil communal du 6 septembre 2010 ; il rappelle aux partis francophones leur engagement sur BHV signé le 29 mars 2007,  notamment :

- application des lois linguistiques

- renforcement des droits judiciaires des Francophones

- ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales

- élargissement de Bruxelles en cas de scission de BHV

- …

Assez étonnamment, Monsieur François van Hoobrouck semble ne pas être pleinement suivi par :

- Alexis Calmeyn, Indépendant, bourgmestre, qui estime que l'intégration des six communes à facilités n'aurait pas que des avantages; il est plutôt favorable à l'octroi de "garanties claires".

- Eric Libert, échevin MR-FDF de Rhode-St-Genèse, qui estime que les droits individuels sont un "leurre" car si "BHV, précise-t-il , est scindé, les facilités disparaitront".

16:47 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van hoobrouck, convention-cadre, minorites |  Facebook |

14/08/2009

LA BONNE GOUVERNANCE,"DE GOEDE BESTUUR", FLAMANDE...

... C’est la mise sous « monitoring » général de la Belgique par le Conseil de l’Europe. + + LA CAUSE + + La non-nomination de trois bourgmestres francophones « confortablement désignés par leur majorité municipale », Arnold d’Oreye de Lantremange, FDF, (Crainhem), Damien Thiery, FDF, (Linkebeek), François van Hoobrouck d’Aspe, MR, (Wezembeek-Oppem).+ + LE POURQUOI + + Ces trois élus municipaux du 10 octobre 2006 sont réduits au statut de « faisant fonction » parce qu’ils ont expédié les convocations électorales en français aux électeurs francophones et en néerlandais aux électeurs néerlandais. Crime de lèse-majesté envers la Vlaanderen : les convocations doivent être expédiées uniquement en néerlandais comme l’impose la circulaire Peeters émise par le gouvernement régional flamand en vertu du décret régional pris dans le cadre du transfert de la loi communale aux Régions. + + LA JURISPRUDENCE + +Les bourgmestres se fondent sur la jurisprudence de la Cour constitutionnelle qui n’impose le néerlandais qu’aux bourgmestres et échevins. Mais, la Flandre ne reconnaît pas la jurisprudence de la Cour constitutionnelle ! + + LA POSITION DE LA COMMISSION INSTITUTIONNELLE EUROPEENE ++En application de la Charte européenne de l’autonomie locale, la Commission institutionnelle du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe a demandé un « monitoring global » de la Belgique. + + La Commission européenne s’est fondée sur les conclusions de la délégation européenne chargée de l’enquête. Cinq « manquements » à la Charte européenne de l’autonomie locale avaient été relevés : + + 1. Entrave à la bonne marche de la gestion de la commune = = 2. L’obligation de parler uniquement le néerlandais au Conseil communal dans une commune majoritairement francophone « n’est sûrement pas de nature à encourager leur participation à la politique locale » = = 3. La tutelle flamande « frôle l’ingérence » dans la gestion communale = = 4. La non-élection directe des bourgmestres = = 5. La non-ratification de la Charte européenne des langues minoritaires et régionales et celle de la Convention-cadre pour la protection des minorités nationales = = LA PORTEE DE LA MISE SOUS MONITORING + + La mise sous monitoring est dépourvue de force contraignante. C’est une recommandation. Or, la Flandre ne connaît que « sa loi et rien que sa loi ». Elle se fiche carrément de l’Europe.

04/05/2009

EUROPE : UNE PREMIERE BATAILLE GAGNEE...

EUROPE : UNE PREMIERE BATAILLE GAGNEE…Les ambassadeurs des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe n’ont pas retenu la candidature de Luc Van den Brande, CD&V, à la fonction de secrétaire général du Conseil de l’Europe. Ils ont, semble-t-il, retenu les arguments avancés par des membres francophones ; on peut aussi se demander si l’intervention des trois bourgmestres francophones, toujours sous le coup de l’ostracisme du ministre libéral flamand Marino Keulen refusant leur nomination, a été entendue. Mais, il peut aussi bien s’agir d’une chicane entre les ambassadeurs et l’APCE, étant donné que la candidature du second postulant, le libéral hongrois Matayas Eorsi, a été aussi écartée. + + Quoi qu’il en soit, l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, APCE, n’est pas contente du recalage de ses deux membres ; aussi va-t-elle demander, dans une résolution, que les gouvernements revoient leurs propositions afin de « transmettre à l’Assemblée une liste qui permette aux membres de l’Assemblée d’exercer le plus large choix possible entre les candidats ». + + Est-il permis de penser que la candidature de Luc Van den Brande a été avancée par la Flandre dans le but de bloquer la résolution du Conseil de l’Europe intimant à l’Etat belge de nommer « sans délai » les trois bourgmestres ? + +On sait que la Flandre ne veut pas reconnaître l’existence d’une minorité linguistique sur son territoire et refuse, conséquemment, de ratifier la convention-cadre de protection des minorités nationales. Et Luc Van den Brande est l’un des durs partisans du refus. + + Attendre la réunion du Comité des ministres du 12 mai prochain.

25/03/2009

LA BELGIQUE FRANCOPHONE DEPECEE MORCEAU PAR MORCEAU...

… au fil des réformes institutionnelles … Revisitons l’étal de 1962 à 2005… Les lois de 1962-1963Loi du 8 novembre 1962. Elle ratifie en fait la non-organisation du recensement constitutionnel de la population et la non-adaptation de la frontière linguistique. Les facilités linguistiques en faveur des minorités sont définitives mais le seuil de 30 % est supprimé. 43 communes changent de régime linguistique, notamment Mouscron et Comines qui sont transférées de Flandre en Hainaut, les six villages de Fouron qui vont de Liège au Limbourg flamand, et Bruxelles figée dans ses 19 communes. Loi du 2 août 1963. Elle crée quatre régions linguistiques : trois régions unilingues : Flandre, Wallonie et la région germanophone composée des 10 communes de langue allemande ; une région bilingue : Bruxelles-Capitale. La nouvelle frontière linguistique passe au Parlement à la faveur d’un coup de force de l’ensemble des parlementaires flamands majoritaires, appuyés par 34 parlementaires francophones. La Belgique francophone est humiliée. Au demeurant, les facilités accordées aux francophones de la périphérie seront rapidement remises en cause par les Flamands. ====Vous avez la faculté de lire l'article complet sur le site de la Ligue Wallonne de Bruxelles via www.liguewallonnebruxelles.be +++ Vous voudrez bien faire partager votre commentaire en l'adressant au courriel de la Ligue Wallonne : info@liguewallonnebruxelles.be

14:22 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, minorites, recensement, reforme, facilites |  Facebook |