18/10/2010

Communiqué de presse du PS – Le 17 octobre 2010

 

Le PS est forcé de constater que le texte de Bart De Wever ne rapproche pas les points de vue entre francophones et néerlandophones

C’est avec une profonde déception que le PS est forcé de constater que le texte déposé par Bart De Wever ne rapproche pas les points de vue entre francophones et néerlandophones, ce qui était pourtant l’essence même de la mission que le Roi lui avait confiée.

Même si la note de Bart De Wever s’inspire largement, dans son architecture, du périmètre défini lors de la pré-formation, force est de constater qu’elle remet en cause un grand nombre de convergences et d’éléments d’équilibre entre néerlandophones et francophones.

Le caractère unilatéral, parfois provocateur, de certaines propositions risque d’accroître les tensions entre flamands et francophones, ce que le PS déplore.

A titre d’exemple, les mécanismes de financement tels que proposés étranglent le développement de la Wallonie et de Bruxelles et mettent en péril le bien-être des Wallons et des Bruxellois. A terme, le niveau fédéral ne sera plus en mesure d’assurer la solidarité entre tous les Belges. Les droits des francophones de la périphérie sont bafoués. Et Bruxelles n’est pas reconnue comme Région à part entière

15:04 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, tensions, de wever, roi, région, bruxelles, peripherie |  Facebook |

17/08/2009

LES CABINETS DES MINISTRES WALLON ET/OU DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE...

... Une double Administration ! C’est la gouvernance « à la belge ». Le transfert couru de fonctionnaires vers les Cabinets ? Le passage obligé pour une promotion dans l’Administration ? Des questions et un tas d’autres que se pose Spip, notre petit écureuil ardennais. + +En réponse, Jean-Marc Nollet, Ecolo, ministre régional, souligne : « L’objectif est de travailler davantage en confiance et en collaboration avec l’Administration ». Mais, une administration vidée de ses agents ! + + Pourquoi faut-il des Cabinets à taille démesurée ? Il est permis aussi de se demander pourquoi la Région et/ou la Communauté française se dotent de 11 ministres pour une population de 3 millions d’habitants alors que la Flandre se limite à 9 ministres pour une population de 6 millions d’habitants ? Et nous nous arrêterons à cette comparaison avec la Flandre. Cela énerve ! + + +Le PS et Ecolo reconnaissent l’ampleur des Cabinets ministériels. Le porte-parole de Rudy Demotte, PS, ministre-président de la Région wallonne et de la Communauté française, admet : « Le fait que nous soyons plus nombreux qu’en Flandre est incontestable mais pas inéluctable ». Ecolo, le soi-disant champion de la chasse aux abus, renchérit : « On peut aller plus loin ». Ils nous affirmeront, sans rire, que « c’est pour mieux gérer la Wallonie et la Communauté française ». + + Mais, pourquoi, s’interroge Spip, notre petit écureuil ardennais, lorsqu’ils sont dans l’opposition – c’était le cas de Ecolo dans la législature précédente – critiquent-ils la gestion de leur Région et de leur Communauté ?

26/01/2009

DEBOUT LES FRANCOPHONES...

Un éditorial pertinent, éclairant, signé Michel LEGRAND, président du Gerfa, Groupe d’Etude et de Réforme de la Fonction administrative, et publié dans le mensuel « Diagnostic » n° 264, janvier 2009. Nous vous livrons quelques extraits. + + « Les responsables politiques et les éditorialistes francophones ont applaudi bruyamment l’arrivée de VAN ROMPUY, présenté comme le sauveur de la Belgique et de l’Etat. C’était assez affligeant de voir cet enthousiasme débordant pour celui qui représente l’autre Communauté et qui est loin d’être un modéré ! Certes, VAN ROMPUY affiche un profil plus fin, s’exprime mieux et de manière plus nuancée et essaie de se présenter comme un homme d’Etat ; cela ne veut pas dire qu’il doit être adoré ! En effet, au cours de sa carrière, il a toujours adopté un profil dur, voire flamingant ; il habite la commune « à facilités » de Rhode-Saint-Genèse où les droits, des Francophones sont constamment et injustement rognés ; son frère (Herman Van Rompuy, ndlr), souvent épinglé pour son extrémisme, qui est député régional et échevin à Zaventem, a pris toute une série de mesures contre les habitants francophones de sa commune. + +En ce qui concerne la scission de l’arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, l’homme a compris que le nord du pays devrait négocier s’il veut l’obtenir (1) ; n’allez pas croire cependant qu’il est prêt à l’élargissement de Bruxelles, qui constitue la seule option pour que la périphérie bruxelloise soit respectée dans son caractère bilingue ; non, on peut lui faire confiance pour bricoler un nouveau système au terme duquel l’arrondissement de B.H.V. serait scindé contre l’abandon de quelques droits aux Francophones qui seraient remis en question plus tard, à peine l’encre de la loi serait-elle sèche + + ! Bref, une fois de plus, les responsables francophones manquent de perspective et de réalisme. Ils oublient qu’au moment où ils s’accrochent à la Belgique, le nord du pays en a déjà fait son deuil et se préoccupe essentiellement de l’attribution la plus avantageuse de ses dépouilles ! Evidemment, la crise économique et financière occulte les enjeux et donne l’illusion que le pays a refait son unité ; ce n’est évidemment qu’un mirage qui s’estompera dès que les problèmes financiers se résoudront ou perdront de leur acuité. D’ailleurs, la crise financière a pour effet direct de rappeler aux dirigeants flamands que la Belgique est encore intéressante quand elle doit payer par exemple le chômage économique qui frappe certes les grandes entreprises wallonnes, mais également, et dans une plus grande proportion, les entreprises flamandes et en particulier les assembleurs automobiles. Une façon de rappeler à la Flandre que son avenir n’est pas assuré et que son tissu industriel risque d’en prendre un coup, d’autant que la relève démographique est insuffisante pour assurer un certain nombre d’emplois… + + Avec Bruxelles, les Francophones disposent d’un outil de rayonnement dont ils peuvent être fiers et qu’ils doivent mobiliser et rentabiliser. Avec la Wallonie, les Francophones disposent d’une Région industrielle importante où les nouvelles entreprises s’installent, mais aussi d’une Région riche en eau, en forêts, en espaces, toute une série d’atouts qui seront de plus en plus importants pour un développement harmonieux, durable et équilibré. De plus, les deux Régions bénéficient d’une démographie dynamique, gage d’une certaine confiance dans l’avenir et qui permettra de faire face aux charges du futur et à la demande d’emplois qui ne manquera pas de se faire sentir quand une partie importante de la population arrivera à l’âge de la retraite. Bref l’avenir des Régions francophones est loin d’être mauvais, sans compter que leur place au milieu de l’Europe et leurs infrastructures leu donnent un atout incomparable… + + Les Francophones – Bruxellois et Wallons réunis – doivent réaffirmer leur identité, revendiquer à tous les niveaux de l’Etat fédéral un rééquilibrage des forces, imposer une présence substantielle au niveau international, bref exister et refuser de se laisser acheter pour un plat de lentilles et pour le maintien d’un Etat que les Flamands ont de toute manière condamné à moyen terme. » + + (1) Il ne paraît toutefois pas avoir convaincu ses coreligionnaires : dix jours après son investiture, les illusions se dissipent et la situation paraît à nouveau complètement bloquée.

04/11/2008

POUR QUI MARCHE BRUXSEL FORUM ? ...

Est-il permis de se poser la question ? Serait-il le cheval de Troie du Mouvement flamand ? + + Avec Aula Magna et Manifesto, BruXsel Forum propose un agrandissement de Bruxelles par un redécoupage des frontières communales pour le moins étrange sous un chapeau aux couleurs chatoyantes : Une Région forte de 22 communes dotée d’un mode de fonctionnement plus efficace. + + L’élargissement de la Région de Bruxelles de 19 communes à 22 communes consiste tout hypocritement à dégrossir la Ville de Bruxelles en lui retirant les communes de Haren, Laeken et Neder-Over-Heembeek, lesquelles redeviendraient des communes à part entière ! + + Admettons que la bande de territoire qui relie Bruxelles-Ville au Bois de la Cambre en coupant la commune d’Ixelles en deux soit reliée à Ixelles ! Cela peut être logique. Mais delà à réduire Bruxelles à un simple « pentagone », cela est du délire qui ne peut que séduire la… Flandre qui a déjà installé toutes ses institutions au Centre Ville. + + Bien joué

28/07/2008

"LA BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE" - LE MAL WALLON...

Le courrier de Michel Jeanjean de Tilly, publié dans le forum du quotidien Le Soir du 18 juillet 2008, est interpellant. Il décrit lucidement le mal de gouvernance de la Wallonie sous le titre "Le mal actuel du pays reste avant tout wallon. ++ "Croyez-vous que l'on en serait arrivé là si le différentiel entre les économie flamande et wallonne n'avait pas été aussi important et donc l'écart de richesses entre les deux Régions, aussi marqué ? Le frémissement "marshallien" est venu bien tard… ++ Aussi affirmer que demain en cas de partition du pays, toutes les parties seraient perdantes est certainement exact. Mais perdre un peu quand on est riche n'a pas les mêmes conséquences que perdre autant voire davantage quand on est déjà pauvre. Le Nord du pays le sait très bien alors que les hommes politiques du Sud essaient de le cacher. ++ La "bonne gouvernance publique", qui a prévalu ces vingt dernières années et qui domine toujours au Sud du pays, n'est pas étrangère à la situation politique actuelle. Les messages de départ des deux secrétaires généraux des Ministères wallons sont suffisamment éloquents à cet égard…".

AU NOM DE TOUS LES BRUXELLOIS...

…Ostracisée par la Flandre, Bruxelles se rebelle. Titre de l'interview de Charles Picqué et de Guy Vanhengel publiée dans le quotidien Le Soir du 28 juillet 2008.Charles Picqué, PS, ministre-président de la Région de Bruxelles, Guy Vanhengel, Open Vld, ministre régional bruxellois, sortent du bois. Enfin Bruxelles retrouve sa dignité. Tous deux exigent une association de la Région bruxelloise à la prochaine réunion institutionnelle. Un seul point les divise : l'élargissement de la Région ou la création d'une Communauté urbaine. ++ La question bruxelloise. La Flandre veut Bruxelles pour asseoir sa suprématie sur l'ensemble de la Belgique et pour avoir une fenêtre sur le monde. La Wallonie veut un axe Bruxelles-Wallonie pour sa survie économique mais refuse l'extension de Bruxelles sur "son" territoire. ++ La quadrature du cercle. Non disent les deux figures représentatives bruxelloises. ++ Charles Picqué : "… L'importance de Bruxelles sur le plan économique et international justifie pleinement sa place au côté des autres. Ce n'est pas du nombrilisme, c'est le bon sens…". ++ Guy Vanhengel : "… Bruxelles, c'est la Belgique en miniature. Il faut nous reconnaître et s'inspirer du fonctionnement de Bruxelles…". ++ Une identité bruxelloise. Elle existe. ++ Charles Picqué : "… Ecarter Bruxelles, c'est créer un manque de confiance et mettre en péril la coopération… Une double loyauté à l'égard de notre Région et de la Communauté dont nous faisons partie…". ++ Guy Vanhengel : "… Ecarter Bruxelles, c'est mener une négociation de Communauté à Communauté, de Flamands à francophones. C'est progresser vers la sous-nationalité. Et ça, c'est tout le contraire de ce qu'est devenu le Bruxellois… C'est la méconnaissance de l'identité multiple…". ++ Un élargissement de l'hinterland. Ca coince entre les deux politiques. Accord sur le principe, différence dans les réponses. ++ Charles Picqué : "… Les réponses peuvent diverger… Il y a matière à discuter. Certains parlent élargissement, d'autres parlent Communauté urbaine…". ++ Guy Vanhengel : "… Il faut progresser sur ce qui est raisonnablement acceptable des deux côtés. Du côté néerlandophone, une extension du territoire est inimaginable… Aller à la recherche des éléments qui peuvent nous rassembler…". ++ Conclusion : Alors, élargissement ou pas ? Les convoyeurs attendent…Un déjeuner ensemble !

14/05/2008

LE MANIFESTE MAINTENANT OU JAMAIS...

SOLIDARITE SOLIDARITE BRUXELLES-PERIPHERIE-WALLONIE +++L'appel commun de Bruxelles Métropole Francophone (BMF), du Gerfa et de la Ligue wallonne de la Région de Bruxelles (L.W.R.B.) avec le maintien de plusieurs personnalités.+++Il rappelle trois principes fondamentaux ; Bruxelles ville francophone, une Région à part entière, une union étroite avec la Wallonie.++Confirmez votre adhésion à ces principes en signant la pétition via le site : www.maintenantoujamais.be ++ L'indifférence, c'est l'approbation de la déclaration de Jan Goossens, directeur du Koninklijk Schouwburg (K.V.S.), le théâtre flamand de Bruxelles : "Bruxelles est en passe de devenir une ville interculturelle constituée presque uniquement de minorités… Une ville que l'on ne peut plus simplement qualifier de francophone, même si le français y sert jusqu'à nouvel ordre de langue véhiculaire, un rôle qui finira peut-être à terme par lui être retiré au profit de l'anglais".++Signez l'appel. www.maintenantoujamais.be

16:14 Écrit par Raymond Watrice dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manifeste, theatre, kvs, appel, region, bmf, lwrb, gerfa |  Facebook |