08/09/2010

UN APPEL DU BOURGMESTRE DE WEZEMBEEK-OPPEM …

 

François van Hoobrouck, bourgmestre de Wezembeek-Oppem, lance un appel désespéré dans une motion votée par son conseil communal du 6 septembre 2010 ; il rappelle aux partis francophones leur engagement sur BHV signé le 29 mars 2007,  notamment :

- application des lois linguistiques

- renforcement des droits judiciaires des Francophones

- ratification de la Convention-cadre sur la protection des minorités nationales

- élargissement de Bruxelles en cas de scission de BHV

- …

Assez étonnamment, Monsieur François van Hoobrouck semble ne pas être pleinement suivi par :

- Alexis Calmeyn, Indépendant, bourgmestre, qui estime que l'intégration des six communes à facilités n'aurait pas que des avantages; il est plutôt favorable à l'octroi de "garanties claires".

- Eric Libert, échevin MR-FDF de Rhode-St-Genèse, qui estime que les droits individuels sont un "leurre" car si "BHV, précise-t-il , est scindé, les facilités disparaitront".

16:47 Écrit par Raymond Watrice | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : van hoobrouck, convention-cadre, minorites |  Facebook |

04/05/2009

PERIPHERIE BRUXELLOISE : LE CAROUSEL TOURNE...

PERIPHERIE BRUXELLOISE : LE CAROUSEL TOURNE…La Charte de l’autonomie locale bafouée par le gouvernement flamand. Pour la troisième fois depuis les élections communales du 10 octobre 2006, Arnold d’Oreye de Lantremange (Crainhem), FDF, François van Hoobrouck d’Aspré (Wezembeek-Oppem), M R, et Damien Thiery (Linkebeek), FDF, ont déposé le 31 mars 2009 leur acte de présentation au gouvernement de la Région flamande. De nomination : non ! + + La raison invoquée par Marino Keulen, Open VLD, ministre régional flamand de l’Intérieur : enfreinte à la circulaire Peeters en envoyant des convocations électorales dans la langue de l’électeur et non exclusivement en néerlandais. Selon le libéral flamand, Marino Keulen, ils n’auraient pas les « qualités morales requises » pour exercer leur fonction. N’importe quoi ! + + Le ministre Keulen ne veut absolument pas tenir compte de la recommandation du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe invitant le gouvernement à les nommer « sans délai », conformément à la Charte de l’autonomie locale. Tout au plus, veut-il bien revoir sa décision si lesdits bourgmestres recalés organisaient « correctement » le scrutin du 7 juin 2009. Autrement dit, s’ils canent, s’ils plient le genou, s’ils passent sous le joug flamand. Humiliation extrême !